Close

Après le coup d’Etat au Niger, les ressortissants français seront évacués « très prochainement »

Devant l’ambassade de France à Niamey lors d’une manifestation qui a suivi un rassemblement de soutien à la junte nigérienne à Niamey, le 30 juillet 2023.

Un avion militaire d’une capacité de deux cents places a décollé de Paris à la mi-journée et est en route vers l’aéroport de Niamey pour évacuer les premiers ressortissants français de la capitale du Niger, a indiqué mardi 1er août à l’Agence France-Presse (AFP) une source informée de l’opération d’évacuation.

« Compte tenu de la situation à Niamey, des violences qui ont eu lieu contre notre ambassade avant-hier et de la fermeture de l’espace aérien qui laisse nos compatriotes sans possibilité de quitter le pays par leurs propres moyens, la France prépare l’évacuation de ses ressortissants et des ressortissants européens qui souhaiteraient quitter le pays », indique un communiqué du Quai d’Orsay.

Un message envoyé plus tôt dans la journée aux Français du Niger affirmait que « cette opération d’évacuation (…) a fait l’objet d’une coordination avec les forces nigériennes ». Il précisait aux ressortissants français que « l’horaire exact et le lieu du point de rassemblement et de départ [leur seraient] communiqués le plus rapidement possible » et qu’ils [devraient] « rejoindre le point de rassemblement » par leurs « propres moyens ».

Quelque six cents Français se trouvent actuellement au Niger. Plusieurs d’entre eux ont déclaré à l’AFP qu’ils ne souhaitaient pas, pour le moment, quitter le Niger. « Pour l’instant, je reste ! », affirmait par message l’un d’eux, anonymement, car tenu au silence par l’organisation humanitaire pour laquelle il travaille. D’autres, en mission ponctuelle au Niger, sont déjà en train de faire leurs valises. Beaucoup de ressortissants résidents permanents au Niger sont en dehors du territoire, notamment ceux avec enfants, en cette période de vacances scolaires. Le gouvernement français n’était pas en mesure de dire si l’opération se déroulerait sur plusieurs jours, ne sachant pas encore combien de ressortissants souhaitaient quitter le pays.

L’Italie a elle aussi annoncé se tenir prête à évacuer, par un avion spécialement affrété, ses ressortissants de Niamey, soit quelque 90 personnes sur un total d’un peu moins de 500 Italiens vivant au Niger, dont la plupart sont des militaires.

« Il ne faut pas tomber dans le panneau »

Lundi, les militaires qui ont pris le pouvoir au Niger et renversé le président élu Mohamed Bazoum ont accusé la France de vouloir « intervenir militairement », ce que Paris a démenti. « C’est faux », a déclaré la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, sur BFM-TV. « Il faut démonter les intox et ne pas tomber dans le panneau », a-t-elle également déclaré à propos des slogans antifrançais qui ont fleuri lors d’une manifestation devant l’ambassade de France à Niamey dimanche.

A cette occasion, des milliers de personnes ont voulu entrer dans l’ambassade, avant d’être dispersés par des tirs de grenades lacrymogènes. Les putschistes nigériens ont précisé que ces tirs avaient fait « six blessés, pris en charge par les hôpitaux » de la capitale. Emmanuel Macron avait menacé dimanche de répliquer « de manière immédiate et intraitable » à toute attaque contre les ressortissants français et les intérêts de la France au Niger. Mardi, les rues sont désertes à Niamey, en raison d’une pluie battante, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Lundi soir, Ouagadougou et Bamako ont affirmé que toute intervention militaire pour rétablir Mohamed Bazoum serait considérée « comme une déclaration de guerre » à leurs deux pays et « entraînerait un retrait du Burkina Faso et du Mali de la Cedeao [Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest], ainsi que l’adoption de mesures de légitime défense en soutien aux forces armées et au peuple du Niger ».

Les voisins ouest-africains du Niger avaient menacé dimanche d’utiliser « la force » si le président Bazoum n’était pas rétabli dans ses fonctions d’ici sept jours, une décision soutenue par les partenaires occidentaux de Niamey, dont la France, ex-puissance coloniale dans la région du Sahel minée par les violences djihadistes.

« Pas de risque » pour l’approvisionnement en uranium

Le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde, en dépit de ses ressources en uranium. La Commission européenne a estimé mardi qu’il n’y avait « pas de risque » pour l’approvisionnement en uranium de l’UE après le putsch au Niger, pays représentant un quart des approvisionnements des Européens, en raison des stocks déjà constitués.

Service partenaire

Cours d’anglais en ligne avec Gymglish

Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons ludiques et personnalisées

Découvrir

Miné par les attaques de groupes liés à l’organisation Etat islamique et à Al-Qaïda, le Niger est le troisième pays de la région à subir un coup d’Etat depuis 2020, après le Mali et le Burkina Faso.

Le Monde avec AFP

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top