Close

Le groupe informatique Atos va céder ses activités historiques à Daniel Kretinsky

Le groupe informatique français Atos a confirmé, mardi 1er août, son projet de cession de ses activités historiques d’infogérance au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky (actionnaire indirect du Monde), valorisées à 2 milliards d’euros. L’entreprise se recentrera autour des activités de cybersécurité, cloud et supercalculateurs et prendra le nom d’Eviden, l’une des filiales du groupe.

Encore soumise à l’approbation des actionnaires lors d’une future assemblée générale extraordinaire, la transaction « devrait être achevée au quatrième trimestre 2023 ou au premier trimestre 2024 », selon le document. L’opération aura « un impact positif net » sur la trésorerie du groupe de 100 millions d’euros, a précisé dans un communiqué Atos, qui prévoit également de lancer une augmentation de capital de 900 millions d’euros.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Comment Daniel Kretinsky s’est implanté en France depuis 2018

Une nouvelle impulsion

Le groupe finalise ainsi la scission entre ses activités historiques en difficulté de Tech Foundations (maintenance de l’infrastructure informatique), qui compte 52 000 employés dans le monde, et celles en croissance centrées sur les nouvelles technologies, comme il l’avait annoncé en juin 2022. A l’issue de l’opération, Tech Foundations conservera le nom d’Atos, tandis que le groupe prendra le nom d’Eviden, l’une de ses filiales actuelles.

« Cela créera de la valeur pour nos actionnaires en évitant le risque lié au redressement [de Tech Foundations] et à ses divers passifs et en recentrant le groupe sur Eviden et ses bonnes perspectives de croissance », a commenté le président du conseil d’administration d’Atos, Bertrand Meunier, cité dans le communiqué.

Contesté par certains actionnaires minoritaires, le projet doit donner une nouvelle impulsion au groupe de 110 000 salariés, confronté depuis le départ de son PDG Thierry Breton en 2019 à une vertigineuse chute de sa valorisation et à de mauvais résultats commerciaux et financiers.

La société Fimalac dans les discussions

Cette cession s’accompagne d’augmentations de capital destinées à renforcer sa structure financière, pour un montant total de 900 millions d’euros. La société EP Equity Investment, une holding de Daniel Kretinsky, investira au total 217,5 millions et détiendra ainsi 7,5 % d’Eviden.

Lire aussi le décryptage : Article réservé à nos abonnés Les défis de Daniel Kretinsky, nouveau maître de Casino

Le milliardaire tchèque souhaite également inclure dans l’opération la société Fimalac de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière – son partenaire dans le sauvetage en cours du distributeur Casino, a précisé Atos. Le groupe avait en outre annoncé la semaine dernière un nouveau programme de cession d’actifs « non stratégiques » à hauteur de 400 millions d’euros, pour lequel il a identifié « un certain nombre de candidats potentiels ». Eviden ambitionne désormais d’atteindre « une croissance annuelle moyenne de 7 % du chiffre d’affaires sur la période 2022-2026, avec une marge opérationnelle d’environ 12 % en 2026 ».

Le Monde avec AFP

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top