Close

Philatélie : un catalogue de cotation polaire inédit

« Cela faisait quarante ans qu’il n’y avait pas eu un catalogue consacré aux régions polaires et subantarctiques », constatent Benoît Gervais, PDG des éditions Yvert et Tellier, et Marc Boukebza, chargé de mission pour l’éditeur – et ancien directeur de la philatélie du territoire des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) de 2008 à 2020 –, dans leur éditorial du nouveau catalogue consacré aux timbres des TAAF, des territoires antarctiques australien et britannique, de Géorgie du Sud et des îles Sandwich, et de la Terre de Ross. Dans les années 1980,  la maison Georges Laroze avaient dédié plusieurs ouvrages à ce sujet.

Cette nouvelle publication est le signe indéniable de l’intérêt des collectionneurs pour les timbres venus du froid dont témoignent les bons prix relevés dans les ventes (Le Timbre classique, Spink, Feldman, etc.). Ces derniers devaient jusqu’ici se reporter aux divers volumes Yvert et Tellier édités par pays, pour se faire une idée des cotes de leurs timbres, en particulier, pour les TAAF, le tome publié chaque année qui regroupe Monaco, Andorre, les Nations unies et les territoires français d’outre-mer.

Timbre de poste aérienne « Concorde », le timbre normal et la variété « 87 F » au lieu de « 85 F », vendu le 7 juillet au prix de 3 500 euros pour une caote catalogue de 7 000 euros.

Cependant, une prochaine édition pourra s’intéresser aux timbres du « nord » absents de ce volume, très collectionnés eux aussi – Groenland, Svalbard, Alaska, etc. – et d’autres terres du « sud » – Falkland, Tristan da Cunha.

Dans Atout timbres daté 15 juin-15 juillet, Marc Boukebza explique que pour la réalisation du catalogue, il s’est principalement « appuyé sur les trois grandes associations de philatélie polaire – l’Union française de philatélie polaire, Alsace philatélie polaire et le Cercle d’études postales polaires, et vers des spécialistes », présidées respectivement par Jean-Pascal Cogez, Henri Dreyfus et Gilles Troispoux, comme l’expert Alain Jacquart, l’ancien négociant Bertrand Sinais et l’historien Pierre Couesnon.

Le résultat est vraiment très intéressant, avec des réajustements à la hausse des timbres des TAAF et « des rubriques inédites : les gravures, les notices et les enveloppes “premier jour” ».

Petit rappel utile : un catalogue de cotation n’est pas un prix de vente. Les cotes des timbres, qui servent de base d’échange, sont rarement atteintes dans les transactions.

Un exemple « extrême » : pour les « essais de couleurs », le catalogue indique qu’il faut se reporter à la cotation des timbres non dentelés, « avec une plus-value de 15 % pour les thèmes manchots et bateaux ». Ainsi, une bande de cinq d’un essai de couleur du timbre sur le « Nouveau bâtiment de l’UPU » paru en 1970 est parti à 133 euros lors de la vente sur offres de La Postale philatélie du 7 juillet, pour une cote unitaire du timbre non dentelé de 75 euros !… Une sacrée différence. Chez Cérès, à Paris, le numéro 1 des TAAF,un timbre de Madagascar de 1954 surchargé en rouge « Terres australes et antarctiques française », coté 23 euros (neuf) a été vendu à 12 euros.

Essai de couleurs vendu par La Postale au prix de 133 euros.

Au rang des curiosités, sont répertoriés les quelques timbres des TAAF avec publicité des laboratoires pharmaceutiques Veyron-Froment – Aparoxal, Arginine, Viberol/Tyrothricine, etc. – imprimées au verso, sur la gomme, entre 1956 et 1964 : « Ce qui implique que ces timbres n’existent pas oblitérés. Sept publicités sont connues sur trois visuels différents ».

Publicité « Arginine » au verso d’un timbre des TAAF.

En effet, précise le catalogue, « le laboratoire la Biomarine, fondé en 1911, diffusait des produits à base d’iode sous les marques Plasmarine Ionyl et Marinol. Le laboratoire imagina d’en faire de la publicité au moyen de séries de cartes postales postées des quatre coins du monde dont les TAAF, aux médecins afin de leur vanter les bienfaits des produits de Biomarine »… Des cartes postales timbrées recherchées aujourd’hui, dont les cotes peuvent atteindre jusqu’à 200 euros. Marc Boukebza précise que « Bertrand Sinais avait publié, [en 2014], un catalogue sur ces cartes et j’en ai repris uniquement la partie concernant les TAAF qu’il a remise à jour » sur sept pages.

Une dizaine de pages sont consacrées aux cartes de vœux officielles des Expéditions polaires françaises émises de 1957 à 1985, tirées à environ 200 exemplaires, « dont une grande partie a été dessinée par Paul-Emile Victor » (1907-1995). Là aussi, ces cartes sont d’autant plus recherchées qu’elles portent la signature de l’explorateur et leurs cotes atteignent, en fonction du millésime, de 40 à 1 000 euros, plus si elles sont signées. « Pierre Couesnon prépare actuellement un ouvrage sur ces cartes, je n’ai reproduit dans ce nouveau catalogue que quelques-unes des cartes qu’il a répertoriées, sans viser l’exhaustivité mais à titre d’exemple. »

Cinq enveloppes et une carte postale jour de l’an signée Paul-Emile Victor, prix de départ de 40 euros dans la vente sur offres Roumet, à Paris, cmôturée le 17 octobre.

Les feuilles entières de timbres des TAAF émises de 2001 à 2020 sont indexées, l’éditeur précisant que les cotes des feuilles s’établissent sur la base de « la cote du timbre multiplié par le nombre de timbres à la feuille, majoré de 12 % ».

Une iconographie complète, avec des cotes stables

Enfin, pratique, cinq pages dispensent quelques conseils sur la façon de se procurer des plis des TAAF.

Le Monde Guides d’achat

Gourdes réutilisables

Les meilleures gourdes pour remplacer les bouteilles jetables

Lire

Pour les cotes, les TAAF ouvrent sur des plis précurseurs des Kerguelen. Est désormais référencée une carte postale de la mission scientifique allemande de 1901-1903, transportée par le Tanglin, avec un affranchissement mixte Allemagne/Nouvelle Galles du Sud et une griffe datée de novembre 1901, au prix de 15 000 euros.

Rappelons qu’après cette « période allemande », les Kerguelen ont d’abord utilisé des timbres français à partir de 1909, puis de Madagascar à laquelle les TAAF sont rattachées, avant que la loi du 6 août 1955 érige les Terres australes et antarctiques françaises – divisées en quatre districts : Crozet, Kerguelen, la Terre Adélie, Saint-Paul et Amsterdam – en territoire d’outre-mer, et que le territoire bénéficie de ses propres timbres.

TAAF Poste aérienne n ° 1 cachet à date « Terre Adélie Antarctique » (5.1.1953) sur lettre pour Strasbourg (dernier courrier avant fermeture de la base Pointe Géologie) et rapatriement des hivernants par le navire « Tottan ») au verso griffe 3 lignes caviardée « Expédition antarctique française »,  prix de départ 1 000 euros pour cette rareté, vente sur offres Jamet-Baudot-Pothion du 24 octobre.

Des plis appartenant à l’époque de l’administration des frères Bossière (période 1909-1912, « Résidence de France-type I ») font leur apparition, par rapport à l’édition 2023 du catalogue Yvert et Tellier consacré aux territoires français d’outre-mer : lettre en franchise des postes (« une seule lettre connue »), à 12 500 euros ; lettre affranchie uniquement avec des timbres au type « Blanc », à 3 600 euros.

France n° 140, 25c « Semeuse » bleu, oblitération grand cachet avec déesse assise « Résidence de France-  Iles Kerguelen », sur lettre pour Le Havre avec cachet à date d’arrivée partiel au verso, probablement 23.5.09, pour un prix de départ de 1 200 euros (vente sur offres Le Timbre classique du 24 octobre). Le catalogue Yvert et Tellier propose une cote de 2 800 euros pour ce type de pli.

De nombreux nouveaux plis sont désormais recensés, illustrés et cotés, comme cette lettre à 15 000 euros de l’expédition du Discovery II de sir Douglas Mawson de 1929 : « Le Discovery II de l’expédition qui associe la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande séjourne à Kerguelen du 12 au 24 novembre 1929 puis en février 1930. Son hydravion survole pour la première fois Kerguelen », un événement salué par l’émission de deux timbres-poste en 2016 (hydravion Gipsy Moth Seaplane, embarqué pour l’expédition Banzare à bord du Discovery).

Bloc de deux timbres des TAAF paru en 2016 sur le survol ; réalisé par un hydravion au-derssus des Kerguelen en 1929-1930. Dessin de Pierre-André Cousin.

Cette lettre est revêtue d’une mention manuscrite « Port Jeanne d’Arc 19/11/29 » sur timbres d’Afrique du Sud avec cachet à date de Cape Town-Kaapstad du 20 décembre 1929, « lettre acheminée par le vapeur norvégien Radioleine qui arrive à Cap Town le 19 décembre 1929 ».

Les plis de Saint-Paul et Amsterdam, Crozet et de Terre Adélie bénéficient d’une iconographie complète, avec des cotes stables.

Pour les timbres, les quelques hausses dont bénéficient les premières références (numéros 2 à 7, de 551,40 euros à 53,50 euros) donnent le ton, la stabilité l’emportant pour les séries les plus récentes. On notera tout de même les 50 centimes gagnés par le « Marion-Dufresne I et II » de 1997, à 3 euros (l’épreuve d’artiste passant de 280 à 300 euros).

Parmi les – rares – baisses, les deux premiers carnets de 1999 et 2001, passent respectivement à 50 et 84 euros au lieu de 100 euros.

Pour les timbres en euro, à partir de 2002, tout va bien ! Beau réajustement pour les armoiries du territoire, cinq valeurs, qui passent de 2 euros à 7,50 euros (pour 0,38 euro de faciale tout de même, une belle « culbute »). La même année, le 0,15 euro « Néphéline » passe de 0,70 euro à 2 euros.

La pépite de ces dernières années

Le 0,46 euro « Marion-Dufresne » (2002) fait plus que doubler son prix, de 2 à 5 euros, son épreuve d’artiste grimpant de 260 à 330 euros, reflet d’une tendance générale à la hausse de ce type de produit.

Le carnet de 2005 grappille 2 euros, à 72 euros. Les cinq valeurs d’usage courant (« Drapeau des TAAF »), pour 0,38 euro, passe de 1,20 à 5 euros. Le carnet de timbres non dentelés sur les îles Eparses, de 2009, est désormais coté 800 euros. La pépite de ces dernières années.

Dans les « spécialités », le timbre numéro 3 de poste aérienne (100 francs, « Terre Adélie » représentant des manchots empereurs) gagne 12 euros, pour une cote de 60 euros désormais, tandis que les valeurs suivantes s’effondrent : « Année internationale du soleil calme » (1963), – 35 euros ; « Découverte de la Terre Adélie par Dumont-d’Urville » (1965), – 45 euros ; « Centenaire de l’Union internationale des communications » (1965), – 65 euros.

Pour les « blocs souvenirs », le numéro un (« Postes du bout du monde », 2017) progresse de 33 %, à 20 euros, celui de 2019 double sa cote, à 20 euros.

Les « prêts à poster » s’enrichissent de quelques références : Districts austraux (2014), expédition radioamateur (2016) et navires emblématiques des TAAF (2020).

Enveloppe « premier jour » d’une série de timbres du Territoire antarctique australien parus en 1967.

Pour les administrations postales étrangères, le Territoire antarctique australien (bases de Casey, Davis, Mawson et Wilkes et l’île Macquarie) a émis des timbres à partir de 1957 libellés en dollar australien, sans que de grosses valeurs ne se détachent.

Territoire antarctique australien (1959). Essais de couleur, 1 600 livres chez Spink.

Le Territoire antarctique britannique est constitué par trois anciennes dépendances des Falkland : la Terre de Graham, les Orcades du Sud et les Shetland du Sud. Là aussi, pas de grosses valeurs émises depuis le début des années 1960. Les grosses cotes sont à rechercher du côté des « moutons à cinq pattes » (essais, épreuves diverses, « variétés » d’impression, etc.) et des courriers timbrés.

Territoire antarctique britannique, enveloppe pour la Nouvelle-Zélande du 3 mars 1912, via Hobart (Tasmanie) le 17 mars, estimée 1000/1200 livres (vente Spink).

La Géorgie du Sud et les îles Sandwich ont leurs propres timbres depuis 1986. « La dénomination « Falkland Islands Dependencies » a été remplacée par « South Georgia and The South Sandwich Islands » depuis janvier 1986. »

La Terre de Ross a des timbres légendés « Ross Dependency » depuis 1957 et utilise le dollar néo-zélandais.

« Catalogue mondial de cotation. Timbre. Terres australes et antarctiques françaises, Territoire antarctique australien, Antarctique britannique, Terre de Ross », Yvert et Tellier, 392 pages, 35,90 euros. En vente dans les magasins spécialisés ou directement auprès de l’éditeur : Yvert et Tellier, 2, rue de l’Etoile, CS 79013, 80094 Amiens Cedex 3. Tél. : 03-22-71-71-71.

« Catalogue mondial de cotation. Timbre. Terres australes et antarctiques françaises, Territoire antarctique australien, Antarctique britannique, Terre de Ross », Yvert et Tellier, 392 pages, 35,90 euros.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top