Close

A gauche, Carole Delga veut incarner un « rassemblement rassurant », à l’opposé de LFI

La présidente de la région Occitanie Carole Delga, lors des Rencontres de la gauche, à Bram (Aude), les 30 septembre et 1ᵉʳ octobre 2023.

Pour la troisième année de suite, c’est d’une petite commune de l’Aude, Bram et ses 3 200 habitants, que la présidente socialiste de la région Occitanie, a poursuivi la tenue des Rencontres de la gauche, samedi 30 septembre et dimanche 1er octobre. En rupture avec la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), Carole Delga, à qui certains prêtent des ambitions présidentielles, veut incarner « une gauche qui travaille et pas qui braille, (…) qui n’est pas dans l’invective ou donne des leçons ». Référence à La France insoumise (LFI), dont elle ne partage pas les méthodes.

Elargies à deux journées, ces rencontres ont débuté samedi avec un débat autour de « l’esprit Charlie » en présence de Riss, directeur de la publication de Charlie Hebdo, et de Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur au moment des attentats visant l’hebdomadaire, le 7 janvier 2015, en visioconférence. Une soirée grillades et un concert de Cali plus tard, environ 1 700 personnes ont participé aux différents ateliers le dimanche matin.

Carole Delga lors des Rencontres de la gauche avec Riss, le directeur de la publication de l’hebdomadaire « Charlie Hebdo », à Bram (Aude), le 30 septembre 2023.

Autour des thématiques de l’immigration, de l’école, du climat ou d’une agora de la gauche, le public, essentiellement composé d’élus régionaux ou de sympathisants, a pu écouter les personnalités invitées : Didier Leschi, préfet et président de l’Office français de l’immigration et l’intégration (OFII), Pascal Lamy, ancien directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou bien encore Ian Brossat, porte-parole du Parti communiste français (PCF), qui ont débattu pendant plus de deux heures.

Lire aussi le portrait : Article réservé à nos abonnés Les ambitions présidentielles de Carole Delga

Pas un seul élu LFI ni EELV

Si, selon Mme Delga, « ces rencontres sont ouvertes à tout le monde », pas un seul élu LFI ni d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) n’est venu participer à ces rencontres. Karima Delli, députée européenne EELV, s’excusant même la veille ne pas vouloir « participer et cautionner une politique qui défend, par exemple, la construction de l’autoroute Castres-Toulouse ». Le samedi, une cinquantaine de militants opposés au chantier de l’A69, ont pacifiquement manifesté devant la salle des débats.

Des opposants à l’A69 attendent  la présidente de région, Carole Delga, pour l’interpeller, à Bram (Aude), le 30 septembre 2023.

Carole Delga, qui s’appuie sur l’expérience politique qu’elle mène dans son conseil régional – alliance avec le Parti radical de gauche (PRG) et les communistes – et avait soutenu des candidatures socialistes face à la Nupes lors des élections législatives de juin 2022, veut « reconquérir les classes populaires rurales qui se sentent loin de tout, abandonnées ». Un discours sur la ruralité, très proche de celui tenu par Fabien Roussel, le leader du Parti communiste, défendant « les grillades le dimanche, la voiture nécessaire la semaine ou les liens de solidarités remplis par les chasseurs ».

Il vous reste 30.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top