Close

Baromètre des tarifs 2024 : des banques en ligne compétitives

Les banques de réseau vont faire preuve d’une certaine sagesse tarifaire, selon le baromètre réalisé par Panorabanques que nous publions en exclusivité. Les calculs du comparateur révèlent que la hausse des coûts des services bancaires sera de 2,4 % en 2024, inférieure à l’inflation actuelle, donc. Bien sûr, ce chiffre, établi à partir de sept profils d’utilisateurs, est une moyenne. Il ne doit pas cacher des mouvements un peu plus importants sur certains services. Surtout, il exclut les pratiques commerciales des banques en ligne.

Chez elles, la progression n’est que de 0,5 %, et elle serait même nulle si l’on ne prenait pas en compte BforBank, qui a profondément remanié son offre en 2023, ce qui rend les comparaisons difficiles. Ce résultat n’est guère surprenant : ces intermédiaires ont toujours fait de leurs tarifs une arme de conquête de clients. Il est également vrai que ces établissements s’appuient sur des systèmes technologiques qui fonctionnent avec moins de personnel, et qu’ils n’ont pas à entretenir un réseau. Il est donc normal que leurs tarifs soient inférieurs à ceux qui en disposent. Ces derniers ne manquent pas de souligner que leurs concurrents sur Internet ont des prestations limitées.

La bataille s’intensifie

Mais les banques en ligne sont désormais en passe de rivaliser avec leurs aînées sur un nombre croissant de services. Certes, l’accès à un conseiller − par téléphone − y est encore difficile, mais il peut l’être aussi chez ceux qui ont pignon sur rue. Cependant, de plus en plus de banques sur Internet proposent une gamme de produits et de services tout à fait comparable à celle des grands réseaux. En matière d’épargne, elles peuvent être même mieux-disantes.

D’abord, leurs produits financiers sont moins chargés en frais, ce qui fait la différence lorsqu’on les détient longtemps. Ensuite, les établissements en ligne sont compétitifs, ces derniers mois, lorsqu’il s’agit de rémunérer les livrets ou des comptes à terme, alors que les banques de réseau se montrent encore très pingres dans ce domaine. Cette frugalité peut s’expliquer par la conjoncture : elles gèrent la quasi-totalité des dépôts des Français et ont dû faire face à une montée très rapide des taux d’intérêt, ce qui a compliqué le pilotage de leur bilan. On verra comment elles agissent en 2024.

Une chose est sûre, la bataille entre les anciens et les nouveaux devrait s’intensifier dans les prochains mois. Avec plus de cinq millions de clients, BoursoBank a acquis, de ce point de vue-là, une taille comparable à certains réseaux, BforBank a de grandes ambitions, Fortuneo est en progression régulière, sans parler des établissements étrangers comme Revolut ou, plus récemment, Trade Republic, qui vient d’obtenir une licence bancaire en Allemagne.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top