Close

Tennis : de nouveau blessé, Nadal pourra-t-il s’offrir un dernier Roland-Garros ?

Rafael Nadal a fait appel au médecin lors du 3ᵉ set face à l’Australien Jordan Thompson, en quart de finale du tournoi de Brisbane (Australie), le 5 janvier 2024.

Deux petits matchs et tout laissait croire que rien n’avait changé : les râles et la rage de vaincre, les tics et les bouteilles ajustées au millimètre, la gifle de coup droit et le petit coup de patte pour ajuster des smashs de revers, dos au filet. Au fond, certains se demandaient s’ils n’avaient pas rêvé et si Rafael Nadal avait réellement quitté le circuit pendant douze mois.

A Brisbane, dans ce Queensland maudit où il effectuait son grand retour depuis sa blessure au psoas gauche contractée au deuxième tour de l’Open d’Australie 2023, l’Espagnol a (dé) montré qu’il n’avait pas oublié comment jouer au tennis. Deux victoires, certes face à l’Autrichien Dominic Thiem, qui n’est plus que l’ombre de lui-même, et au modeste Australien Jason Kubler (102e mondial), mais deux victoires prometteuses réveillant à la fois nostalgie et espoir.

Et puis les démons ont ressurgi sitôt le troisième match, le 5 janvier, face au local de l’étape, Jordan Thompson. Malgré trois balles de match et 3 heures 25 d’un combat acharné, l’ancien numéro 1 mondial – retombé à la 672e place – a baissé les armes, le regard inquiet sur sa cuisse gauche et vers son clan. Dimanche 7 janvier, à une semaine du coup d’envoi à Melbourne, Nadal a officialisé ce que tout le circuit craignait : son forfait pour la première des quatre levées du Grand Chelem (du 14 au 28 janvier).

« Je ne mérite pas de finir comme ça »

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il souffre d’une nouvelle « déchirure musculaire ». La « bonne », selon lui, c’est qu’elle n’est pas survenue dans la même zone que la précédente. « Pour l’instant, je ne suis pas prêt à être compétitif au plus haut niveau d’exigence, au meilleur des cinq sets [le format des matchs en Grand Chelem] », convient le joueur de 37 ans dans son communiqué, sans verser dans le pessimisme pour autant.

« Comme je l’ai déjà dit, insiste le gaucher, mon but est d’être à mon meilleur niveau dans trois mois. » Tout suiveur du circuit l’aura compris : pour le début de la tournée européenne sur terre battue, avec dans son viseur, Roland-Garros (du 26 mai au 9 juin), symbole, avec quatorze victoires, de sa monarchie presque absolue sur la surface.

Y parviendra-t-il ? Le défi est immense pour celui qui a déjà repoussé toutes les limites de son corps. Nadal est revenu pour pouvoir choisir sa sortie, gagner son dernier combat contre son principal outil de travail, devenu son principal ennemi. « Je ne mérite pas de finir comme ça », disait-il le 18 mai 2023 lors de la conférence de presse où il annonçait renoncer la mort dans l’âme au rendez-vous de la porte d’Auteuil.

Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top