Close

L’Arménie propose à l’Azerbaïdjan un pacte de non-agression

Le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, au Parlement, à Erevan, le 13 septembre 2022.

Le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a déclaré, dimanche 28 janvier, avoir proposé à l’Azerbaïdjan de signer un pacte de non-agression, dans l’attente d’un traité de paix global entre les deux voisins ennemis du Caucase.

« Nous avons présenté à l’Azerbaïdjan une proposition de mécanisme de contrôle mutuel des armes et de signature d’un pacte de non-agression si la signature d’un traité de paix devait prendre du retard », a déclaré M. Pachinian lors d’un discours à l’occasion de la Journée de l’armée en Arménie. Il a également dit que son pays, allié de longue date de la Russie et qui craint des mouvements militaires azerbaïdjanais contre son territoire, devait revoir ses dispositions en matière de sécurité.

« Nous devons revoir notre pensée stratégique dans le domaine de la sécurité et diversifier nos relations [internationales] dans ce domaine », a déclaré M. Pachinian. « Nous sommes prêts à acheter des armes nouvelles et modernes et, au cours des dernières années, le gouvernement a signé des contrats d’achat d’armes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’espace postsoviétique sous l’œil de Moscou

L’Azerbaïdjan nie avoir des revendications territoriales à l’égard de l’ancienne république soviétique. Mais les deux pays se sont livrés deux guerres, dans les années 1990 et en 2020, qui ont fait des dizaines de milliers de morts, au sujet de l’enclave du Haut-Karabakh, finalement reconquise en septembre 2023 par les forces de Bakou. Depuis cette reconquête complète, la quasi-totalité de la population arménienne de la région − plus de 100 000 personnes − a fui vers l’Arménie.

Perte d’influence de la Russie

La victoire azerbaïdjanaise a marqué la fin du différend entre les deux pays, mais nombre d’observateurs restent encore prudents sur l’avancée des négociations, tant les désaccords et les sources de tensions entre les deux pays se sont accumulés en trente ans. Des incidents armés ont toujours régulièrement lieu à la frontière.

Durant plusieurs mois, plusieurs cycles de négociations chapeautées séparément, par la Russie, l’Union européenne (UE) et les Etats-Unis, n’ont pas donné de résultats. L’arbitre traditionnel dans la région, Moscou, accaparé par son offensive en Ukraine, a perdu de son influence et la confiance de son allié arménien.

Le 7 décembre 2023, les deux pays se sont néanmoins engagés à prendre « des mesures concrètes » pour « normaliser » leurs liens. Moins d’une semaine plus tard, ils échangeaient des prisonniers de guerre, un premier pas vers la normalisation de leurs relations. Ce geste a été salué comme une « percée » par l’UE, par les Etats-Unis, par la Turquie et par la Russie, les deux grandes puissances régionales. Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, avait jugé le 10 janvier que les « conditions » pour la signature d’un traité de paix avec l’Arménie avaient été « créées », assurant ne pas vouloir d’une « nouvelle guerre ».

Le Monde avec AFP

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top