Close

Votation sur les SUV à Paris : courte majorité et faible mobilisation pour tripler le coût de stationnement des véhicules lourds

La place Charles-de-Gaulle, à Paris, le 31 janvier 2024.

A peine un électeur sur vingt a participé, dimanche 4 février, à la « votation citoyenne » organisée par la mairie de Paris qui a approuvé à une faible majorité (54,55 %) le triplement des tarifs de stationnement des véhicules « lourds et polluants ». Sur les quelque 1,3 million d’électeurs de la capitale, 78 121 personnes (soit 5,68 %) se sont déplacées dans l’un des 38 lieux de vote. Un niveau de participation sensiblement inférieur à celui qui avait été enregistré en avril 2023. Cette votation avait rassemblé quelque 103 000 personnes, soit 7,5 % des inscrits, qui s’étaient prononcées à 85 % en faveur de l’interdiction des trottinettes en libre-service.

Anne Hidalgo, maire de Paris, s’est félicitée du « choix clair » que reflète cette consultation, tout en observant « des clivages Est-Ouest assez forts ». Le 16arrondissement a ainsi voté à près de 82 % contre la proposition de la mairie qui visait explicitement les SUV, véhicules hauts et lourds qui représentent pratiquement la moitié des immatriculations en France. Dans le 10arrondissement en revanche, ils sont 76,8 % à défendre la mesure.

Le groupe d’opposition municipale Changer Paris (droite) a dénoncé une « opération de com’ mal ficelée et démagogique ». Selon le site Auto Infos, l’organisation patronale Mobilians et la Ligue de défense des conducteurs ont, de leur côté, formé une action en justice dans le but d’annuler ce scrutin et le requalifier en référendum.

12 à 18 euros l’heure de stationnement

La question soumise aux électeurs – « pour ou contre la création d’un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes, polluantes » – doit déboucher sur le triplement du prix du stationnement (porté à 12 ou 18 euros l’heure selon l’arrondissement) imposé aux véhicules thermiques ou hybrides dont la masse excède 1,6 tonne (deux tonnes pour un véhicule électrique).

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Votation à Paris : pourquoi le SUV est dans le viseur

Les résidents ne seront pas concernés par ce renchérissement, de même que « les professionnels sédentaires stationnés dans leur zone de stationnement autorisé, les chauffeurs de taxi dans les stations dédiées, les artisans, professionnels de santé » et les personnes handicapées, selon la mairie. Celle-ci évalue à 35 millions d’euros les recettes supplémentaires que pourrait engendrer cette révision tarifaire et considère « qu’à peu près 10 % du parc » roulant est concerné. Selon la société AAAData, ce pourcentage serait plutôt de 15 % et représenterait 130 000 véhicules à Paris.

En attentant Lyon et Grenoble, Paris va rejoindre la liste des villes ayant instauré une tarification majorée pour les véhicules les plus lourds, parmi lesquelles Washington ou Tübingen, en Allemagne.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top