Close

Mort de Robert Badinter : retrouvez les réactions et hommages saluant la mémoire d’un « défenseur des causes justes »

« Profondément français, résolument juif » : l’hommage des représentants de la communauté juive

« Avec la disparition de Robert Badinter, la France perd l’une de ses dernières grandes consciences morales », a affirmé sur X, Yonathan Arfi, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France. « Profondément français, résolument juif, Robert Badinter avait plus que quiconque la passion de la République », a-t-il ajouté.

La date de sa mort fait écho au 9 février 1943, jour anniversaire de la rafle de la rue Sainte-Catherine à Lyon au cours de laquelle son père, Simon Badinter, a été arrêté par la Gestapo dirigée par Klaus Barbie avant d’être déporté.

« Cette histoire singulière a fait de lui un grand homme, un “mensch” [un homme de bien, en yiddish], lui qui a dédié sa vie pour celle de tous les autres, pour les droits de l’homme et les libertés », a affirmé le grand rabbin de France Haïm Korsia en disant sa « tristesse infinie ».

Le président du Consistoire central de France Elie Korchia a salué la mémoire de l’« une des figures les plus emblématiques » du pays. Pour le président du Fonds social juif unifié Ariel Goldmann, « la France perd un de ses fils les plus valeureux » et le judaïsme « un de ses princes les plus distingués ».

L’ancien garde des sceaux de François Mitterrand est né dans une famille juive arrivée en France en 1919 et originaire de Bessarabie (en actuelle Moldavie). Il a perdu son père, son oncle et sa grand-mère paternelle dans la Shoah.


source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top