Close

En direct, guerre en Ukraine : poursuivie par Moscou, la première ministre estonienne dénonce la « tactique d’intimidation » russe

L’Unesco évalue à 3,5 milliards de dollars le coût des destructions subies par le patrimoine ukrainien

La cathédrale de la Transfiguration d’Odessa, le 23 juillet 2023.

Le patrimoine et le secteur culturel ukrainiens ont subi 3,5 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) de dégâts depuis le début de la guerre, qui a engendré 19 milliards de dollars (17,7 milliards d’euros) de pertes dans le divertissement, l’art et le tourisme, a estimé mardi l’Unesco.

En avril 2023, l’organisation onusienne pour l’éducation, la science et la culture, dont le siège se trouve à Paris, avait estimé ces dommages à près de 2,6 milliards de dollars, et à quelque 14,6 milliards de dollars les pertes dans le tourisme, l’art et le divertissement.

Pour parvenir à ces montants, l’Unesco a identifié quelque 5 000 sites détruits depuis le début de l’offensive russe, en février 2022, dont 341 sites culturels endommagés – contre 248 en avril 2023. le centre historique de Lviv (Ouest) et celui d’Odessa (Sud), deux sites appartenant au Patrimoine mondial de l’Unesco, ont notamment été touchés par des bombardements russes.

Chiara Dezzi Bardeschi, représentante de l’Unesco en Ukraine, a notamment cité la cathédrale de la Transfiguration d’Odessa, un « symbole pour toute la communauté », qui a été fortement endommagée par une frappe russe en juillet 2023. Fondée il y a plus de deux cents ans et détruite par les Soviétiques en 1936, la cathédrale avait été reconstruite au début des années 2000 grâce à des dons. Elle avait été consacrée en 2010 par le patriarche de l’Eglise orthodoxe russe, Kirill.

La cathédrale a « une valeur religieuse et spirituelle pour la ville et pour la communauté » mais n’est plus utilisable par la communauté, a regretté Mme Bardeschi.

Sept sites culturels et un site naturel ukrainiens font partie du Patrimoine mondial de l’Unesco, dont le centre historique d’Odessa (Sud-Ouest), relativement épargné, qui l’a rejoint cette année.

Seize autres sites, dont le centre-ville de Tchernihiv, endommagé durant les premiers mois de la guerre, figurent, eux, dans une liste « indicative » de l’Unesco. Kiev doit, à terme, présenter leur candidature en vue d’intégrer le Patrimoine mondial.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top