Close

La grève à la tour Eiffel s’enlise

Devant la tour Eiffel fermée au public, au quatrième jour de grève de son personnel, à Paris, le 22 février 2024.

« La mairie se gave, pardon Gustave » : l’esprit des pancartes que l’on peut lire depuis près d’une semaine au pied de la dame de fer n’a pas changé. Vendredi 23 février, les salariés de la Société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE) étaient en grève pour un cinquième jour d’affilée. Malgré l’ouverture de négociations avec la direction la veille, les présents à l’assemblée générale du matin ont voté la poursuite du mouvement à l’unanimité.

Depuis lundi, l’intersyndicale CGT-FO alerte sur le modèle économique de la société, qu’elle juge insuffisant pour assurer à long terme l’entretien du monument, entre campagne de peinture, rénovation des ascenseurs et remplacement du mécanisme de scintillement de la tour. Cela tient principalement, selon eux, à l’augmentation de la redevance versée chaque année par cette société publique locale à son actionnaire majoritaire (à 99 %), la Ville de Paris, qui doit s’élever à 50 millions d’euros en 2025.

Même si cette information était publique depuis la signature en 2016 de la délégation de service public qui lie l’entreprise et la collectivité, c’est à la suite de l’annonce de la signature d’un avenant à ce contrat que les syndicats ont manifesté leur mécontentement.

Des complications

Cet avenant doit être signé car la SETE est en difficulté financière. En l’état, elle ne peut tenir les objectifs énoncés à l’époque (1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires sur la période 2017-2030) sans être déficitaire, et ce pour deux raisons : l’entreprise a perdu 130 millions d’euros de recettes durant les fermetures liées à l’épidémie de Covid-19, et les travaux de rénovation ont connu des complications, qui ont entraîné la perte de 120 millions supplémentaires.

« On a décidé de prolonger d’un an la durée de la délégation de service public pour lisser les investissements et leurs amortissements. Concernant l’entretien de la tour, on relève de 145 millions d’euros le montant de notre plan d’investissement jusqu’à la fin de la période, explique au Monde Jean-François Martins, président de la SETE et conseiller de Paris. En plus d’efforts de gestion, il y a deux leviers pour cela : l’augmentation de 20 % du prix du billet, qui va rapporter 145 millions d’euros d’ici à 2031, et une modification du mode de calcul de la redevance, qui correspond à un effort de 51 millions de la Mairie de Paris. Donc cette redevance n’augmente pas, justement. »

La direction de la tour a de nouveau expliqué jeudi aux syndicats cette feuille de route négociée avec la municipalité, sans pour autant toucher aux montants annoncés aux syndicats depuis un mois. La SETE avance que l’Hôtel de Ville touchera donc « entre 31 et 34 millions d’euros » des entrées annuelles de la tour. Mais il s’agit d’une moyenne sur la période 2017-2031, rétorque Denis Vavassori, délégué syndical CGT, qui insiste : « Ils ne touchent pas aux 50 millions d’euros prévus dès l’année prochaine. »

Il vous reste 45.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top