Close

Loin d’Emmanuel Macron, la foule impatiente et joyeuse du Salon de l’agriculture : « On est donc tous à la merci du président ? »

Au Parc des expositions, à Paris, le jour de la visite du président Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture lors de son inauguration, le 24 février 2024.

Comme ils étaient énervés ces visiteurs du Salon venus en bandes de copains, comme chaque année, goûter aux spécialités des régions, humer « la campagne à Paris », « s’encanailler entre hommes » dans ce qui est pour eux un rendez-vous rituel !

Que le pavillon 1, selon eux le plus intéressant, demeure fermé toute la matinée, ce samedi 24 février, pour cause de « visite présidentielle », leur semblait d’une injustice révoltante. Et ils avaient beau savoir que cette fermeture était temporaire et exceptionnelle, qu’il y avait eu, selon la rumeur, « du grabuge » avant l’ouverture officielle et qu’on attendait que le président procède enfin à l’inauguration, ils enrageaient de perdre du temps.

« C’est pour nous la journée le plus joyeuse de l’année, on paie 16 euros l’entrée, franchement, quel mépris pour le peuple ! », râlait très fort Lucien P., venu du Cantal, qui n’avait pas du tout envie de donner son nom. « Il est hors-sol, de toute façon, approuvait son compagnon de goguette. Il vient voir les ploucs, faire de l’enfumage, et hop ! Il repartira avec ses motards et ses conseillers en costard. Et nous, on sera marron. On peut toujours aller au pavillon des végétaux et cultures, bien sûr. Mais c’était pas le but de notre virée. »

« Le président discute »

C’est vrai, ils étaient nombreux à regretter la fermeture du pavillon des animaux, à s’agglutiner aux grilles, à essayer de contourner et harceler les vigiles pour qu’ils ouvrent les portes. Rien n’y faisait. « Le président discute avec les paysans. » « Le président prolonge le dialogue. » « Le président va visiter les stands. » Et la foule s’impatientait, ironique, goguenarde. « On est donc tous à la merci du président ? »

Bruno, lui, avait payé 80 euros pour faire le voyage en car depuis Epinal (Vosges). Il était parti à 4 heures du matin, il rentrerait à 1 heure, et cela valait largement le coup, disait-il. C’était sa troisième visite et il prenait son mal en patience. Le Salon est pour lui une telle fête ! Il était allé déjeuner d’une entrecôte de 400 grammes d’une tendreté « inégalée », et il attendait que ce « président des villes » veuille bien dégager et laisser la place au « peuple ».

Tout de même, il en prenait du temps ! Vers 14 h 30, enfin, les grilles se sont ouvertes et ce fut la course vers le pavillon tant convoité. Des familles avec beaucoup d’enfants, des jeunes en bandes, des couples. Certains avaient vu à la télévision un bout de l’échange entre Macron et les agriculteurs. Et ne savaient pas trop quoi en penser. « C’était plutôt sympa, disait une jeune femme. Au moins, il va au contact, il ne se défile pas ! » Son mari faisait une moue dubitative : « Mouais… »

Il vous reste 53.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top