Close

Primaires américaines 2024 : Joe Biden survole le scrutin dans le Michigan, où son soutien inconditionnel à Israël était très critiqué

Des partisans de la campagne du vote « non engagé », contre la politique de soutien à Israël de Joe Biden,  Hamtramck, dans le Michigan (Etats-Unis), le 25 février 2024.

Dans une élection présidentielle américaine qui s’annonce imprévisible et sans enthousiasme, les deux favoris poursuivent leur marche vers l’investiture, au terme de la primaire du Michigan, mardi 27 février. Mais ce sont les handicaps respectifs de Donald Trump et de Joe Biden qui retiennent l’attention. Si l’ancien président a, une nouvelle fois, écrasé le vote républicain face à sa rivale Nikki Haley, environ un tiers des militants s’opposent à son couronnement annoncé. Quant à Joe Biden, il passait un test redouté : celui des répliques électorales, à gauche, de son soutien inconditionnel à Israël dans la guerre à Gaza.

Le principal adversaire de Joe Biden n’était pas Dean Phillips, élu du Minnesota à la Chambre des représentants, mais la participation et le vote blanc, dit « uncommitted » (« non engagé »). Plus de 300 000 personnes s’identifient comme étant d’origine arabo-musulmane au Michigan. Le recours au vote blanc a été promu, ces dernières semaines, en son sein comme un outil de protestation contre le président américain, qui se refuse à appeler à un cessez-le-feu à Gaza, simplement à une « pause humanitaire ». L’offensive israélienne dans l’enclave palestinienne a déjà causé 30 000 morts, pour l’essentiel des civils, en réponse à l’attaque du Hamas du 7 octobre 2023.

Les médias américains s’étaient focalisés sur cette minorité arabo-musulmane, au risque de négliger le poids des autres électeurs. Alors que le dépouillement se poursuivait lentement dans la soirée, le vote blanc se situait sous les 15 %. Il a été particulièrement important dans le comté de Washtenaw, où se concentrent plusieurs établissements universitaires, et dans celui de Wayne, où se situe la ville de Dearborn, poumon du mouvement Listen to Michigan (« écoutez le Michigan »). Tel est le nom du groupe issu de la communauté arabo-musulmane locale, qui se mobilise depuis plusieurs semaines.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, la mobilisation propalestinienne s’intensifie

L’objectif affiché de ce groupe était suffisamment modeste pour être aisément atteint : 10 000 voix se dérobant à Joe Biden. Soit la marge par laquelle Donald Trump l’avait emporté dans cet Etat en 2016 face à Hillary Clinton. En 2020, Joe Biden avait, pour sa part, enregistré plus de 150 000 voix d’avance. Selon le New York Times, à minuit, alors que la moitié des bulletins étaient dépouillés, on dénombrait plus de 64 000 votes blancs.

Au-delà des seuls chiffres du vote blanc, les experts démocrates observaient avec inquiétude l’émergence locale, autour de la commune de Dearborn, d’un véritable changement des comportements, dû essentiellement aux électeurs âgés d’une vingtaine d’années. La menace d’une cristallisation de l’opposition à Joe Biden dans une frange de cet électorat jeune représente un enjeu important. De ce point de vue, le résultat de mardi représente un simple avertissement, sans permettre de conclusions définitives. Malgré l’âge du président et les inquiétudes sur sa capacité à exercer un second mandat, les démocrates ont démontré leur discipline.

Il vous reste 53.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top