Close

En intégrant Bolloré Logistics, CMA CGM entre dans la cour des grands de la logistique et du transport, comme DHL ou DB Schenker

Rodolphe Saadé et Cyrille Bolloré réunis à l’occasion de la finalisation de l’acquisition de Bolloré Logistics par CMA CGM, à Paris, jeudi 29 février.

CMA CGM vient de boucler la plus importante opération de croissance – avec l’acquisition de la Compagnie générale maritime en 1999 – depuis sa création à Marseille, en 1978, par l’entrepreneur franco-libanais Jacques Saadé. Le troisième armateur mondial de porte-conteneurs a annoncé, jeudi 29 février, la conclusion (closing) du rachat de Bolloré Logistics (BL), annoncée en mai 2023, pour 4,85 milliards d’euros. Il sera financé sur la trésorerie du groupe, qui a réinvesti dans sa flotte, les terminaux portuaires et la logistique, l’essentiel des 46 milliards d’euros de profits réalisés entre 2020 et 2023.

Lire aussi le décryptage : Article réservé à nos abonnés CMA CGM, la plus profitable des entreprises françaises

Les deux « maisons » familiales ont dû soumettre l’opération à vingt-cinq autorités de la concurrence, notamment attendre le feu vert de Bruxelles, tombé vendredi 23 février. La Commission européenne donne néanmoins six mois à l’armateur-logisticien pour céder les activités de BL en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Martin et en Guyane française, et pour restreindre sa présence en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Elle observe en effet que son poids pourrait « favoriser Bolloré Logistics au détriment de transitaires concurrents, compte tenu notamment des parts de marché très élevées qu’il détient sur ces liaisons d’outre-mer ».

La famille Saadé conclut ainsi une opération qui s’intègre dans la stratégie du groupe : se renforcer dans la logistique contractuelle pour proposer une gamme complète de services, du transport maritime et du stockage en entrepôts jusqu’à la livraison au dernier kilomètre. Bolloré dispose de 900 000 mètres carrés de surfaces d’entreposage, qui s’ajouteront aux 10 millions de mètres carrés de CEVA Logistics (propriété de CMA CGM), et ses 13 500 salariés sont rompus à ces métiers.

Activité de commissionnaire

Le rapprochement présente un autre atout, géographique : bien implanté sur les lignes transatlantiques et Asie-Europe, il est complémentaire de CEVA Logistics, très présent sur les lignes transpacifiques. Enfin, ce dernier a de solides positions dans la livraison de produits industriels (informatiques, automobiles, moteurs d’avion…), quand BL dispose de grands clients dans le luxe, les cosmétiques, la santé, mais aussi l’aérospatiale et la défense.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés CMA CGM résiste aux vents contraires du transport maritime

Avec BL, CMA CGM prend par ailleurs de solides positions dans l’activité de commissionnaire, qui consiste à aider les clients des armateurs (industriels, grande distribution…) dans leurs démarches (douanes, réglementations, suivi des cargaisons…). Une activité lucrative, longtemps réalisée par des sociétés indépendantes, qui intéresse de plus en plus les armateurs, en particulier le géant marseillais. Avec Bolloré, CMA CGM assure entrer dans le top 5 des grands européens du secteur, après DHL, Kuehne+Nagel, DB Schenker et DSV.

Il vous reste 46.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top