Close

Au Salon de l'agriculture, Gabriel Attal dénonce le "cirque médiatique" de Jordan Bardella

Le Premier ministre Gabriel Attal a réalisé une visite surprise au Salon de l’agriculture, dimanche. Il a mis en garde contre le « cirque médiatique », « politique » et « militant » après la visite du leader du Rassemblement national, Jordan Bardella.

Publié le : Modifié le :

4 mn

Au lendemain de l’inauguration chaotique par Emmanuel Macron et peu après la visite du leader du Rassemblement national, Jordan Bardella, c’est Gabriel Attal qui s’est invité, dimanche 25 février, au soir au Salon de l’agriculture.

La venue du Premier ministre ne figurait pas à son agenda officiel. Mais Gabriel Attal a honoré de sa présence le dîner d’anniversaire donné en l’honneur des 60 ans du Salon, dimanche soir, dans l’espace « La Serre » en présence des principaux dirigeants du secteur, après la fermeture du site au public.

L’exécutif est soucieux d’occuper le terrain après les images inédites d’une ouverture très perturbée du salon, sur fond d’une crise des agriculteurs qui perdure depuis plus d’un mois : affrontements entre force de l’ordre et agriculteurs opposés à la venue du chef de l’État, débat improvisé et tendu d’Emmanuel Macron avec quelques agriculteurs, présence policière considérable.

À lire aussiEmmanuel Macron face aux agriculteurs : comment faire converger des intérêts contradictoires ?

 

Le tout alors que Jordan Bardella a arpenté les allées dans une ambiance normale, contrastant avec les images de la veille.

Mais « les Français ne sont dupes de rien. Ni de l’instrumentalisation, ni du mensonge, ni de la poudre aux yeux », a rétorqué dimanche soir Gabriel Attal.

« Le salon n’est ni un cirque médiatique, ni un cirque politique, ni un cirque militant » et « les agriculteurs, nos bêtes, nos filières ne sont pas un décor de campagne » à l’approche des européennes, a insisté le Premier ministre, qui a ensuite défendu son bilan et attaqué le RN.



« Notre ennemi, ce n’est pas l’étranger, c’est la loi du marché débridée ». Et « vous qui êtes des professionnels de l’agriculture, vous savez mieux que personne que cette exception agricole ne doit être en aucun cas une fermeture. Car renoncer à commercer, c’est condamner notre agriculture à sombrer », a-t-il déclaré.

Les visites remarquées de Macron et Bardella

La veille, Emmanuel Macron avait été accueilli par des huées et des heurts, mais avait pu finalement passer près de 13 heures dans le Salon à déambuler et échanger, au prix d’une importante présence sécuritaire.

À lire aussi« Encore un coup de com’ ! » : Macron chahuté à l’ouverture du Salon de l’agriculture

Lors d’un débat improvisé de deux heures avec des agriculteurs, le président a rappelé avoir pris 62 engagements et en a formulé d’autres, dont un recensement des exploitations nécessitant des aides de trésorerie d’urgence. Il a également redit que la France n’interdirait plus de pesticides plus vite que ses voisins européens.

L’exécutif cherche à éteindre la crise agricole, qui couvait depuis des mois mais a explosé en janvier. Depuis, Emmanuel Macron et Gabriel Attal ont multiplié les annonces, sans toutefois parvenir à convaincre complètement des agriculteurs en attente d’actes.

Le président du RN, Jordan Bardella, visite le Salon de l'agriculture à Paris, dimanche 25 février 2024.
Le président du RN, Jordan Bardella, visite le Salon de l’agriculture à Paris, dimanche 25 février 2024. © Geoffroy Van Der Hasselt, AFP

De son côté, Jordan Bardella a entamé, dimanche matin, une visite de deux jours Porte de Versailles, répétant sa volonté de promouvoir le « patriotisme économique » et de « changer de logiciel » pour les agriculteurs au niveau européen, avec notamment la « sortie des accords de libre échange ».

Quant à Emmanuel Macron, « je pense qu’il n’a manifestement plus les capteurs du pays dont il est le président. Et sans doute ne se rend-il pas compte de la souffrance que provoque sa politique », a répondu l’eurodéputé, alors que le chef de l’État avait évoqué des manifestants présents dans les allées « avec un projet politique qui est de servir le Rassemblement national ».

Tournée de dirigeants politiques au Salon

Gabriel Attal reviendra mardi au Salon, où il arpentera les allées toute la journée, avec une pause pour les questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

Les principaux dirigeants politiques sont attendus cette semaine au Parc des expositions : La France insoumise, le Parti socialiste et Renaissance dès lundi, où leurs représentants croiseront éventuellement le patron des Républicains Éric Ciotti et la tête de liste LR pour les élections européennes, François-Xavier Bellamy.

Le président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, s’y rendra mercredi, comme le patron des communistes Fabien Roussel et sa tête de liste Léon Desfontaines. Edouard Philippe parcourra les allées jeudi. La leader des Écologistes, Marine Tondelier, et la tête de liste pour les européennes, Marine Toussaint, sont annoncées vendredi.

Avec AFP

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top