Close

Paris 2024 : Emmanuel Macron assure qu’il se baignera dans la Seine

Emmanuel Macron lors de son départ sur un bateau de sécurité sur la Seine, à Paris, le 24 juin 2017.

Emmanuel Macron semble croire à l’immense pari que se sont lancé les équipes de Paris 2024 en programmant des épreuves de natation au cœur de la capitale. Se baigner dans la Seine ? « Et comment ! Oui j’irai », a assuré le président aux journalistes jeudi 29 février à l’occasion de l’inauguration du village olympique des Jeux de Paris. Sans pour autant donner de date : « Vous risqueriez d’être là », a plaisanté M. Macron. La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait elle aussi déclaré début janvier qu’elle se baignerait dans la Seine en juillet, juste avant les JO.

Alors que piquer une tête dans le fleuve est officiellement interdit depuis 1923, les Jeux olympiques doivent inaugurer les retrouvailles entre les nageurs et la Seine. Les épreuves du 10 km de natation marathon, celles du triathlon et paratriathlon doivent se dérouler dans le fleuve.

Avec l’ouverture de trois espaces de baignade à Paris (Bercy, Grenelle et entre l’île Saint-Louis et le Marais) prévue pour l’été 2025, nager dans la Seine doit se transformer en « héritage important » des Jeux olympiques. Un vieux rêve déjà évoqué par Jacques Chirac il y a plus de trente ans. « Dans trois ans, j’irai me baigner dans la Seine devant témoins pour prouver qu’elle est devenue un fleuve propre », avait assuré l’ancien président en 1990… sans jamais honorer sa promesse.

« Un investissement extraordinaire »

Mais le fleuve sera-t-il assez propre ? « Pour la Seine et la Marne, il y a eu un investissement extraordinaire qui a été fait », s’est félicité le président, assurant qu’ils auront « changé de visage et d’usage ». Depuis 2016, l’Etat et les collectivités locales franciliennes ont lancé une multitude de chantiers pour rendre à nouveau baignables la Seine et la Marne, son principal affluent : environ 1,4 milliard d’euros ont été mobilisés.

Les organisateurs des Jeux de Paris ont toutefois fait face à de sérieuses déconvenues cet été lors d’épreuves qui devaient servir de tests pré-olympiques. A moins d’un an de l’échéance olympique, deux épreuves de triathlon (para et mixtes) ont été annulées fin août à cause de la qualité de l’eau du fleuve. En cause, la concentration de bactéries Escherichia coli au-dessus du niveau permis par les règlements de World Triathlon. Quelques semaines plus tôt, les épreuves de nage en eau libre avaient déjà dû être annulées en raison d’une pollution causée par un épisode de pluie estivale inhabituel.

Pas question de plan B pour les Jeux, avait alors assuré le président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques, Tony Estanguet. Reste à convaincre les Parisiens de se jeter à l’eau.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu


source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top