Close

Des bus de supporteurs de l’OM visés par des « projectiles lourds » sur l’A47 à hauteur de Saint-Etienne

Huit bus transportant des supporteurs de l’Olympique de Marseille (OM) ont été visés par des projectiles dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 mars, alors qu’ils circulaient sur l’autoroute, a fait savoir la préfecture de la Loire. Ils se sont arrêtés au milieu de l’A72 et certains des passagers ont blessé un automobiliste.

Ces « graves incidents » ont eu lieu vers 1 h 30 à hauteur de Saint-Etienne, alors que les huit bus rentraient à Marseille après la victoire de l’OM sur Clermont (5-1) en Ligue 1, précise la préfecture dans un communiqué. Selon elle, des « projectiles lourds » ont « vraisemblablement » été lancés depuis un pont surplombant l’A47. Quelques fans seraient alors sortis et « auraient dégradé notamment un véhicule, blessant son conducteur, avant de repartir ».

Cet automobiliste a été blessé au visage et transporté par les pompiers au CHU de Saint-Etienne, ont précisé des sources policières, qui ajoutent qu’un « grand nombre » de supporteurs étaient descendus des bus, certains armés de battes de baseball. A leur arrivée, les forces de l’ordre ont trouvé des morceaux de moellons, des mortiers et des débris de vitres, mais les autocars étaient repartis. Les policiers les ont rattrapés plus loin, ont effectué des relevés d’identité, mais ils n’ont pas procédé à des interpellations à ce stade, selon une autre source.

Deux enquêtes ouvertes

Le parquet de Saint-Etienne a dit à l’Agence France-Presse avoir ouvert deux enquêtes distinctes : une pour violence avec armes en réunion avec préméditation concernant les jets de projectiles ; l’autre pour dégradation en réunion avec armes, pour les représailles. Dans son communiqué, le préfet de la Loire, Alexandre Rochatte, « déplore et condamne avec la plus grande fermeté » des actes inacceptables qui « auraient pu avoir des conséquences dramatiques ».

Dans la nuit du 16 au samedi 17 février, une pierre avait traversé le pare-brise d’un bus transportant des supporteurs de l’OGC Nice sur l’autoroute A46, alors que les fans azuréens rentraient après la rencontre de Ligue 1, opposant leur club à l’Olympique lyonnais (OL), à Lyon. La fin d’année 2023 avait déjà été marquée par des heurts en marge de plusieurs matchs de football. Le 29 octobre, notamment, le coup d’envoi de la rencontre entre l’OM et l’OL avait été annulé, après que le bus des joueurs rhodaniens eut été visé par des projectiles à son arrivée au Stade-Vélodrome. L’entraîneur d’alors, Fabio Grosso, et son adjoint avaient été blessés.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu


source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top