Close

Elections européennes 2024 : Jordan Bardella lance la campagne du RN et dénonce le « grand effacement de la France » provoqué par l’UE et Emmanuel Macron

La scène sur laquelle Jordan Bardella a prononcé son discours pour le lancement de la campagne du Rassemblement national aux élections européennes 2024, à Marseille, dimanche 3 mars 2024.

Aux abords du Stade-Vélodrome et devant 5 000 personnes, Jordan Bardella a lancé, dimanche 3 mars dans l’après-midi, à Marseille, la campagne des élections européennes du Rassemblement national (RN) avec un meeting géant pour donner corps à une dynamique jusqu’ici prometteuse dans les sondages pour le parti d’extrême droite.

Dans son discours, la tête de liste du RN a dénoncé « le grand effacement de la France » provoqué par l’Union européenne et Emmanuel Macron, selon lui. « Un grand effacement qui se traduit par le recul de la France chez elle mais également en Europe et dans le monde, par le délabrement de l’Etat, par la dislocation du pays et par-dessus tout par la désunion des Français », a poursuivi le leader d’extrême droite, en visant « le grand effaceur, Emmanuel Macron ».

Le candidat âgé de 28 ans a assuré que le 9 juin devait être le « jour 1 de l’alternance », fidèle à la stratégie du parti qui entend faire des élections européennes une véritable élection de mi-mandat. « Il n’y a pas d’autre option que la victoire », a-t-il insisté.

Marine Le Pen avait ouvert le meeting après une longue déambulation aux côtés de M.Bardella au milieu du public, sous une musique assourdissante et une nuée de drapeaux bleu, blanc, rouge. Elle a également fustigé le « cynisme » et les « postures guerrières » d’un président « en état de siège », face auquel le RN proposera une « transition réfléchie et résolue, nationale et populaire ». Elle a par ailleurs confirmé sa présence sur la liste du parti d’extrême droite, à la dernière place, une candidature « symbolique ».

« L’effacement, c’est le projet du Rassemblement national, [un projet] d’affaiblissement de la France (…), de démantèlement de l’Union européenne, qui, sous couvert de protéger les Français, en fait, va les affaiblir très clairement », a rétorqué dans la soirée la tête de liste du camp présidentiel aux élections européennes, Valérie Hayer, sur BFM-TV.

Plus d’un demi-millier de contre-manifestants

Le meeting facturé 400 000 euros – sur un budget de campagne total de 4,32 millions – devait notamment être l’occasion d’éprouver un nouveau slogan : « La France revient », sous-titré « L’Europe revit », clin d’œil à la formule de Ronald Reagan « America is back ». C’était déjà une référence aux années 80 que le parti d’extrême droite employait jusqu’alors, « Vivement le 9 juin », pastiche d’un slogan du RPR de Jacques Chirac.

Drapeaux et pancartes disposés sur les sièges avant le meeting du Rassemblement national, à Marseille, dimanche 3 mars 2024.

Le meeting visait aussi à concrétiser la « Bardella-mania » théorisée par les stratèges du RN, autant que sa popularité, mesurée au nombre de selfies réclamés lors de ses déplacements. Le rendez-vous phocéen a inauguré une série d’une dizaine de réunions publiques programmées au cours des trois prochains mois, dont l’une à Paris le 1er mai.

Sur le fond, le raout marseillais a été l’occasion de dérouler les grands axes de la campagne du parti d’extrême droite, crise agricole et immigration en tête. « Le Pacte vert d’un côté, le pacte migratoire de l’autre : voici les deux grands piliers de cette bataille électorale décisive », a lancé Jordan Bardella, considérant à nouveau les élections comme un « référendum contre la submersion migratoire ».

A la macronie qui l’accuse de vouloir sortir de façon déguisée de l’Union européenne, l’eurodéputé a répondu qu’on « ne quitte pas la table du jeu quand on est sur le point de gagner la partie », citant plusieurs pays où les alliés du RN sont en progression. Et aux sympathisants de Reconquête !, tentés par la liste de Marion Maréchal, ou à ceux de LR, Jordan Bardella a demandé indirectement de « s’unir et se rassembler » plutôt que de « disperser leurs votes ».

Lire le décryptage | Article réservé à nos abonnés Au Parlement européen, les soutiens de Vladimir Poutine se rassemblent autour du RN

Une contre-manifestation a réuni en parallèle 600 personnes à Marseille, venues « marquer leur opposition » au RN. « La période n’est pas réjouissante pour les luttes de gauche » mais c’est important « de faire front face au RN », y a estimé une contre-manifestante, âgée de 25 ans.

La Macronie doit aussi lancer sa campagne

Jeudi, Jordan Bardella avait dévoilé une « stratégie tricolore » inspirée des feux de circulation, faisant le tri entre les coopérations communautaires qu’il « approuve » (par exemple Erasmus), celles pour lesquelles il réclame de « nouvelles conditions » (comme pour Schengen) et des « lignes rouges », notamment l’immigration. S’agit-il d’une volonté de sortie de l’Union déguisée, comme l’assure la Macronie ? « Pas de “Frexit”, ni public, ni caché », avait-il juré, en se disant ne pas être « contre l’Europe » mais « contre l’Union européenne », renvoyée à un simple « modèle d’organisation politique comme il pourrait en exister plusieurs ».

Ultra-favori dans les sondages, avec environ dix points de plus que la liste Renaissance-MoDem-Horizons, le RN de Jordan Bardella a un double objectif : arriver en tête et faire au moins aussi bien que lors des dernières élections européennes (23,34 %).

En face, la Macronie, engluée depuis plusieurs semaines à moins de 20 % d’intentions de vote, et sa candidate Valérie Hayer entendent répondre au meeting de M. Bardella dès samedi 9 mars, à Lille, avec le premier ministre Gabriel Attal et son gouvernement au complet pour soutenir la tête de liste.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top