Close

Vaughan Gething, nouveau premier ministre du Pays de Galles, premier dirigeant noir d’une nation européenne

Vaughan Gething, après avoir été élu comme prochain leader du Parti travailliste gallois et premier ministre du Pays de Galles, à Cardiff, le 16 mars 2024.

Vaughan Gething, 50 ans, a été désigné chef de file du Parti travailliste gallois, samedi 16 mars, ce qui devrait lui garantir la nomination au poste de premier ministre du Pays de Galles dans les prochains jours, son parti étant le plus important au Senedd, le Parlement régional gallois. Cet ancien ministre de la santé pendant la pandémie de Covid-19 remplacera à la tête de l’exécutif Mark Drakeford, 69 ans, également travailliste, qui a annoncé sa démission en décembre 2023. Cet austère responsable politique, ancien enseignant à l’Université de Cardiff, avait promis, à son arrivée en 2018, de ne rester que cinq ans à son poste.

Avocat de formation, ayant fait ses classes dans l’action syndicale, son successeur incarne une nouvelle génération. Né en Zambie, d’un père gallois et d’une mère zambienne, Vaughan Gething va devenir le premier chef de gouvernement noir du Royaume-Uni et, au-delà, d’une nation européenne. Avec son arrivée, trois des quatre Nations du pays sont désormais dirigées par des hommes issus de minorités ethniques : Rishi Sunak, le premier ministre britannique conservateur, est d’origine indienne ; Humza Yousaf, son homologue écossais et chef de file des indépendantistes du Scottish National Party, est d’origine pakistanaise. En Irlande du Nord, c’est une femme, Michelle O’Neill, de la communauté catholique de l’île, qui dirige l’exécutif.

Ces nominations reflètent l’indéniable tolérance de l’ex-puissance coloniale où, selon le recensement de 2021, 18 % de la population est issue des 19 catégories de minorités ethniques répertoriées par l’Office national des statistiques. M. Gething s’est félicité qu’avec sa désignation, le Pays de Galles « tourne une page de son histoire. (…) Cela signifie que davantage de gens [issus des minorités] vont se dire qu’ils peuvent eux aussi envisager une carrière en politique ».

Pour autant, les inégalités basées sur l’ethnicité sont loin d’avoir disparu dans le pays et le racisme s’exprime encore parfois à haute voix. Depuis quelques jours, le Parti conservateur fait face à des accusations de racisme institutionnel, après que son principal donateur, l’homme d’affaires Frank Hester, a tenu des propos racistes à l’encontre de la députée Diane Abbott, qui elle aussi marqua l’histoire en étant la première femme noire élue à Westminster, en 1987. M. Hester, qui a versé 10 millions de livres sterling (11,69 millions d’euros) au Parti conservateur, a assuré, selon le Guardian, avoir dit de l’élue que sa vue lui donnait envie « de haïr toutes les femmes noires » et qu’il faudrait « descendre Mme Abbott ». Downing Street a mis deux jours avant de qualifier ces propos de « racistes » et les tories résistent encore aux appels à rendre l’argent donné M. Hester.

Il vous reste 44.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top