Close

Retraite progressive, mode d’emploi

La retraite progressive permet de percevoir une partie de sa retraite, avant l’heure, tout en poursuivant son activité professionnelle sur une base « réduite ». Les conditions pour y accéder sont peu contraignantes : il suffit d’avoir validé cent cinquante trimestres et d’avoir au maximum deux ans de moins que l’âge de la retraite : soit 60 ans et demi pour les assurés nés en 1962, et 62 ans pour ceux nés en 1968 et après.

Il n’y a pas de condition d’âge maximal et il est possible de profiter de ce dispositif aussi longtemps que souhaité, même après l’âge de la retraite.

Initialement réservée aux salariés du privé et aux agents contractuels de la fonction publique, aux assurés relevant de la sécurité sociale agricole (MSA), aux artisans, commerçants et chefs d’entreprise rattachés à la Sécurité sociale des indépendants (SSI, ex-RSI), la retraite progressive a été, dans un premier temps, étendue aux salariés qui exercent plusieurs activités à temps partiel (assistantes maternelles, salariés des particuliers employeurs) et, depuis 2022, aux cadres en forfait jours « réduit » et aux dirigeants de société relevant du régime des salariés.

La réforme de 2023 généralise ce dispositif en l’ouvrant aux différents régimes de la fonction publique ainsi qu’aux professions libérales et aux avocats qui disposent d’un régime qui leur est propre.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Retraites : ce qui va (encore) changer en 2024

Pour en bénéficier, les assurés dont la durée du travail est exprimée en heures ou en « forfait jours » doivent exercer une activité à temps partiel comprise entre 40 % et 80 % ou 50 % et 90 % d’un temps plein selon qu’ils travaillent dans le privé ou dans le public. Dès lors que cette condition est remplie, il n’est pas nécessaire de réduire effectivement son temps de travail pour entrer dans le dispositif si on est déjà à temps partiel.

Salariés déjà à temps partiel

En revanche, pour les salariés non soumis à une durée de travail (pigistes, salariés rémunérés à la commission…) ainsi que pour les non-salariés, l’activité réduite doit correspondre à une diminution de leurs revenus professionnels. Leur activité doit leur rapporter entre 20 % et 60 % des revenus qu’elle leur procurait en moyenne au cours des cinq années précédentes. La fraction de la retraite versée pendant la période de retraite progressive est inversement proportionnelle à la quotité travaillée ou à la diminution des revenus.

Par exemple, un temps partiel ou une diminution de revenus de 60 % permet de percevoir 40 % de sa retraite. A l’issue de cette période, la retraite est révisée pour intégrer les droits supplémentaires – trimestres et points − acquis durant cette période.

Il vous reste 50.83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top