Close

« Donald Trump pourrait se trouver à la tête d’un pactole de 3 milliards de dollars »

Combien valent les diatribes de Donald Trump sur les réseaux sociaux ? Plus de 5 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros), si l’on en croit les prémices de la cotation en Bourse du réseau qui lui est complètement inféodé, Truth Social. Résultat : son principal actionnaire, Donald Trump lui-même, pourrait se trouver à la tête d’un pactole de 3 milliards de dollars et ferait ainsi plus que doubler sa fortune, estimée à 2,6 milliards de dollars par le magazine Forbes.

En ces temps troublés, Wall Street a perdu la notion de l’argent et nage dans le n’importe quoi. L’entreprise de médias a certes pour tête d’affiche Donald Trump, ancienne vedette de télé-réalité et président potentiel des Etats-Unis, mais son nombre de visiteurs a été divisé par deux en un an (environ 500 000 par mois). Au cours des neuf premiers mois de 2023, Truth Social a réalisé 3,3 millions de dollars de revenus publicitaires, versé 37,7 millions d’intérêts sur ses dettes et réalisé une perte nette de 49 millions de dollars. Une micro-PME sans croissance liée à une gloire de 78 ans !

Le réseau Reddit, qui vient de s’introduire en Bourse, avait, lui, vendredi 22 mars, une capitalisation boursière de 8 milliards de dollars. Quant à Twitter, devenu X, bien qu’acheté deux fois trop cher par Elon Musk au prix de 44 milliards de dollars, il n’en reste pas moins le forum mondial de dialogue.

Tactique ingénieuse

L’affaire remonte à 2021. Chassé des réseaux sociaux à l’issue de l’assaut du Capitole, Donald Trump lance le sien, sans un sou de capital. Il décide de fusionner son entreprise avec Digital World Acquisition Corporation, une coquille, créée par un obscur banquier de Miami, pas si vide que cela puisqu’elle réussit à lever 293 millions de dollars de cash. L’ensemble est valorisé à 875 millions de dollars.

Entre-temps, quelque 400 000 partisans du candidat républicain à la présidentielle 2024, lui prêtant des pouvoirs d’alchimiste, ont acheté l’action, dont la valeur a quadruplé en Bourse. A court terme, ils ont adopté une tactique ingénieuse : au lieu de donner des fonds à la campagne de Trump, ils achètent des actions, espérant gagner de l’argent et sauver de la banqueroute leur champion qui doit verser 454 millions de dollars à la justice new-yorkaise.

Parions que l’action ne tiendra pas longtemps, même si la force des actionnaires individuels permet désormais de lutter face aux grandes institutions, comme l’a montré, en 2021, en dépit de toute logique économique, l’envolée d’actions populaires telles que celles des jeux vidéo GameStop et des cinémas AMC.

Il vous reste 39.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top