Close

« Les soldats de Louis XVI qui combattirent aux côtés des révolutionnaires américains jouèrent un rôle déterminant dans la Révolution française »

Les événements sanglants qui ont frappé Moscou vendredi 22 mars, revendiqués par la filiale afghane de l’organisation Etat islamique, nous rappellent à la menace terroriste que fait peser sur nos sols l’influence des conflits externes. Ces conflits, du Sahel au Moyen-Orient et à l’Asie centrale, constituent des camps d’entraînement non seulement militaires mais aussi idéologiques, et c’est cette combinaison qui les rend particulièrement efficaces et dangereux. Cette dynamique n’est pas nouvelle. Dans un contexte historique complètement différent, elle influença la Révolution française mais permit, à l’opposé total de ce qui se passe aujourd’hui, l’avancée de la liberté et de la démocratie, des Etats-Unis jusqu’à la France (Revolutionary Contagion, Saumitra Jha et Steven Wilkinson, Stanford University Graduate School of Business, 2023, non traduit).

Comme le montrent l’économiste de l’université de Stanford et le politiste de l’université de Yale, les soldats royaux envoyés par Louis XVI combattre contre la Grande-Bretagne aux côtés des révolutionnaires américains adoptèrent la cause démocratique et jouèrent un rôle politique et militaire déterminant dans la Révolution française. Outre les quelques volontaires français déjà acquis à la cause de la liberté et qui furent donc naturellement des révolutionnaires – Lafayette en étant le représentant le plus emblématique –, le traité d’alliance entre la France et les Etats-Unis du 6 février 1778 impliqua l’envoi de troupes régulières, sous le commandement du comte de Rochambeau. Parmi les 7 683 soldats prêts au départ dans le port de Brest en avril 1780, 5 028 seulement embarquèrent, en raison du mauvais temps et du manque de bateaux. Il était prévu que les soldats restés au port les rejoignent au plus vite, mais le blocus naval du port de Brest par les Britanniques les en empêcha.

Rien ne différenciait les troupes qui partirent combattre de celles qui restèrent au port, en termes d’origine sociale et économique, et même – ce que montrent les auteurs en épluchant les matricules militaires de plus de 51 000 soldats – en termes de taille, critère considéré par les historiens comme un marqueur de santé et de pauvreté infantile. Pourtant, les destinées révolutionnaires de ces soldats et de leurs localités d’origine (au niveau des bailliages, les circonscriptions administratives prérévolutionnaires) furent profondément différentes.

Conversion idéologique

Ainsi, les bailliages dont étaient originaires les troupes de Rochambeau qui furent déployées aux Etats-Unis et y furent exposées aux idéaux démocratiques envoyèrent à Paris des cahiers de doléances classifiés par l’historienne Beatrice Hyslop comme contenant des revendications démocratiques. La probabilité qu’un bailliage d’où sont originaires 10 % de plus de soldats partis avec Rochambeau que la moyenne soumette un cahier de doléances classifié comme « fortement démocratique » était 6,13 % plus élevée que la moyenne.

Il vous reste 23.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top