Close

Incidents sur des Boeing : le parquet du Texas enquête sur un sous-traitant

L’enseigne de Spirit AeroSystems, le 15 avril 2012, à Wichita, au Kansas.

Le parquet général du Texas a ouvert une enquête visant Spirit Aerosystems, sous-traitant de l’avionneur américain Boeing, chez lequel « des problèmes récurrents sur certaines pièces » ont été repérés, selon un communiqué publié jeudi 28 mars.

Spirit AeroSystems manufacture les fuselages et d’autres grandes pièces rentrant dans la structure des appareils, dont l’avion vedette de Boeing, le 737. Or, « des défauts apparents de fabrication ont conduit à de nombreux incidents inquiétants ou dangereux » sur des modèles de 737, a détaillé le procureur général du Texas, Ken Paxton, dans un communiqué jeudi.

Au début de janvier, Boeing a frôlé la catastrophe quand une porte-bouchon s’est détachée en plein vol de la carlingue d’un 737 MAX 9 de la compagnie Alaska Airlines, ne faisant heureusement que quelques blessés légers. Plusieurs enquêtes ont été lancées, mettant en évidence des problèmes récurrents de « non-conformité ».

Succession de problèmes de qualité et de sécurité

La justice demande maintenant à Spirit AeroSystems de produire « des documents correspondant au traitement des défauts dans ses produits », et outre le contrôle qualité, l’enquête s’intéresse aussi à son mode d’organisation et de direction. L’enquête survient quelques jours seulement après l’annonce du départ à la fin de l’année du directeur général de Boeing, Dave Calhoun.

« Je considérerai comme responsable toute entreprise qui échoue à garantir les normes légales requises et ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour m’assurer que les constructeurs prennent la sécurité des passagers au sérieux », a insisté Ken Paxton, dans son communiqué.

Le grand groupe américain Boeing, qui avait déjà eu du mal à remonter la pente après deux crashs, en 2018 et en 2019, est en pleine tourmente à la suite d’une succession de problèmes de qualité et de sécurité sur ses avions depuis plus d’un an.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top