Close

La dernière audition de la commission d’enquête TNT s’achève dans une atmosphère moqueuse

De gauche à droite, les anciens ministres français de la culture, Rima Abdul Malak, Roselyne Bachelot, Renaud Donnedieu de Vabres et Jacques Toubon, à l’Assemblée nationale, à Paris, jeudi 28 mars 2024.

Quatre mois de commission d’enquête sur l’attribution des fréquences de la TNT, quarante-quatre auditions, des questions idéologiquement orientées ou imprécises, des polémiques… et dix minutes qui resteront comme les plus ironiques de toute la séquence. Il approchait 17 heures, jeudi 28 mars, quand, au terme de deux heures d’échanges avec cinq anciens ministres de la culture, la députée Constance Le Grip (Renaissance, Hauts-de-Seine) a souhaité connaître l’avis de Rima Abdul Malak, ministre de la culture de 2022 à 2024, sur l’hypothèse d’une gouvernance commune aux entreprises de l’audiovisuel public. Annoncé depuis 2017, tombé dans les limbes de la crise liée au Covid-19, le projet d’union des forces de Radio France et France Télévisions a, en effet, refait surface avec Rachida Dati.

« J’en étais arrivée à la conclusion que cette holding préalable à une fusion (ou pas) n’était pas indispensable, a expliqué Mme Abdul Malak, répétant une conviction dont elle n’a jamais dévié. Que des rapprochements étaient possibles par le bas (…), en fixant des objectifs assez précis dans les contrats d’objectifs et de moyens [les feuilles de route des entreprises de l’audiovisuel public] et à une enveloppe conditionnée. » Pas exactement la réponse espérée par le président de la commission, Quentin Bataillon (Renaissance, Loire), qui, dimanche 24 mars, cosignait avec le sénateur Laurent Lafon (UDI, Val-de-Marne), dans La Tribune Dimanche, un texte pour appeler à la création d’une « structure commune, qui pourrait s’appeler France Médias ».

Roselyne Bachelot, ministre de la culture de 2020 à 2022, allait-elle lui offrir le soutien qu’il attendait ? « Le coup des économies de gestion suscitées par les holdings, il y a longtemps qu’on ne va plus me la faire, cette affaire-là !, s’est esclaffée, un plumeau bleu au revers de la veste, Mme Bachelot, (…) On va acheter un super immeuble, qu’on va peupler avec un président, qui aura une voiture de fonction (…). Et on mettra tout ça à feu et à sang ! »

« Un placebo »

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture de 2004 à 2007, a poursuivi : « La guerre est en Europe, un proviseur est obligé de quitter ses fonctions, nous sommes dans une période de gravité essentielle. (…) Revenons-en à l’essentiel et à l’urgence, elle est le feu dans les cœurs et les esprits, elle n’est pas dans les débats de structure. »

Le coup de grâce est venu de Jacques Toubon, 82 ans, ministre de la culture de 1993 à 1995 : « Mes collègues ont dit exactement ce qu’il fallait dire. (…) Ou alors cela veut dire (…) qu’on préfère apporter sur toutes ces questions quelquefois difficiles et douloureuses un placebo qui s’appellerait la fusion. »

Il vous reste 19.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top