Close

Jean-Luc Hees a démissionné du comité d’éthique d’Europe 1 après avoir « écouté la station »

Jean-Luc Hees, à la Maison de la radio, à Paris, le 28 janvier 2014.

« En écoutant ça, j’ai commencé à avoir des boutons », a confié Jean-Luc Hees à Libération dimanche 7 avril, annonçant avoir démissionné de son poste de membre du comité d’éthique d’Europe 1 le 12 février. « Ça », c’est la première partie de « L’Heure des pros », l’émission animée par Pascal Praud et codiffusée avec CNews par la radio contrôlée par Vincent Bolloré, explique le quotidien.

Jean-Luc Hees, lui, ne nomme pas directement l’émission : « Je n’avais pas écouté Europe 1 depuis quarante ans, et puis j’ai écouté la station entre 9 heures et 9 h 30… Je ne savais pas qu’il y aurait ça à la rentrée, ni Philippe de Villiers. » L’ancien président de Radio France (2009-2014) avait été nommé à peine un mois plus tôt par Europe 1, début janvier, pour veiller aux bonnes pratiques déontologiques de la station.

Contactée par Libération, la direction d’Europe 1 n’a pas commenté ce départ anticipé, mais a simplement confirmé que le comité d’éthique de la radio, normalement composé de trois membres, n’en comptait plus que deux : Bénédicte Wautelet, directrice juridique du groupe Figaro, et Jacques Lallain, ancien journaliste du Parisien. Selon les informations de Libération, ce dernier aurait toutefois également démissionné du comité « pour des raisons purement personnelles » à la fin de janvier.

Lire aussi l’analyse | Article réservé à nos abonnés Le risque de dérive « à la hongroise » du paysage médiatique français

Jean-Luc Hees avait déjà été déjà été membre du comité d’éthique de la chaîne russe RT France, entre 2017 et 2020. Interrogé à ce sujet par Le Monde en décembre 2017, il avait déclaré : « Il vaut mieux regarder de l’intérieur que de constater de l’extérieur que quelque chose ne va pas. C’est une affaire de principes. » « Si un truc me dérange, je partirai dans l’instant », avait-il affirmé. Un principe qu’il semble avoir de nouveau appliqué.

Le Monde

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top