Close

Sylvain Amic nommé à la présidence du Musée d’Orsay

La tradition est préservée : un conservateur remplace un conservateur à la présidence du Musée d’Orsay et de l’Orangerie, à Paris. L’Elysée avait décidé d’interrompre le premier mandat de Christophe Leribault à la tête du musée dédié au XIXe siècle, pour lui confier la présidence du château de Versailles. Choisi pour lui succéder, Sylvain Amic, 56 ans, s’était notamment fait remarquer au Musée des beaux-arts de Rouen pour plusieurs expositions en phase avec les attentes parisiennes. Rendant hommage aux impressionnistes et à Flaubert, rapprochant Picasso et Braque, ou faisant venir les Trésors de Sienne, le conservateur avait démontré un évident dynamisme, ainsi qu’un certain sens politique.

Quittant la Normandie en 2022, il avait rejoint le cabinet de Rima Abdul Malak, en tant que conseiller musées et métiers d’art, tissant des réseaux Rue de Valois et ajoutant une ligne utile pour une carrière dans le secteur public. Annoncée jeudi 18 avril, cette nomination, qui consacre un parcours mené dans plusieurs métropoles – avant Rouen, il avait fait ses armes au Musée Fabre de Montpellier –, fait écho au discours martelé par Rachida Dati depuis sa nomination.

La ministre, qui insiste sur l’accès à la culture de publics éloignés de la capitale, a, selon les informations du Monde, recommandé le profil de Sylvain Amic à Emmanuel Macron. « C’est un grand professionnel des musées, choisi en raison de ses fortes convictions pour une politique culturelle territoriale », fait valoir l’Elysée, rappelant la participation de Sylvain Amic au lancement du « catalogue des désirs » par l’ancienne ministre de la culture Françoise Nyssen, dont l’objectif était de faire circuler en région les chefs-d’œuvre des collections nationales.

Un espoir de continuité

Pour le personnel du Musée d’Orsay, l’arrivée prochaine d’une personnalité d’humeur égale et consensuelle, spécialiste du XIXe siècle sans s’y cantonner, est un espoir de continuité. Pendant ses deux ans et demi d’activité, en effet, Christophe Leribault s’est fait apprécier par un management tranquille.

Emmanuel Macron, qui, selon les informations du Figaro, a rencontré Sylvain Amic la semaine dernière, l’a préféré à une demi-douzaine d’autres noms qui avaient circulé. Dont ceux de Xavier Rey, actuel directeur du Musée national d’art moderne ; d’Olivia Voisin, directrice du Musée des beaux-arts d’Orléans ; de Sylvie Patry, directrice artistique à la galerie Kamel Mennour ; et d’Olivier Gabet, directeur du département des objets d’art au Louvre, qui avaient tous deux postulé à ce poste en 2021.

A la présidence, Sylvain Amic devra gérer des travaux d’ampleur visant à améliorer l’accueil du Musée d’Orsay et l’ouverture du centre de recherche Daniel Marchesseau dont le chantier commence en septembre quai Voltaire.

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top