Close

Guerre en Ukraine : le Congrès américain approuve le plan d’aide colossal prévu pour Kiev

Des soutiens de l’Ukraine remercient les Etats-Unis devant le Capitole, à Washington, après l’adoption par le Sénat d’un projet de loi d’aide à Kiev, le 23 avril 2024.

Ce fut long, laborieux et parfois tendu. Le Congrès américain a fini par adopter, mardi 23 avril, la gigantesque enveloppe d’assistance militaire et économique prévue par Joe Biden pour l’Ukraine, après des mois de tractations transpartisanes.

Après le vote, quelques jours plus tôt, par la Chambre des représentants, l’étape du Sénat relevait de la formalité. Le texte, qui dans son ensemble comprend un plan d’aide de 95 milliards de dollars (88,5 milliards d’euros environ) pour l’Ukraine, Israël, Taïwan et un ultimatum à TikTok, a reçu de fait un très large soutien de la part de l’autre composante du Congrès américain.

« Enfin, enfin, enfin. Ce soir, après plus de six mois de travail acharné, et de nombreux rebondissements, l’Amérique envoie un message au monde entier : nous ne vous tournerons pas le dos », a applaudi le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

La part du lion revient donc à Kiev, qui connaît une situation compliquée sur le champ de bataille face à la Russie : 61 milliards de dollars sont consacrés à la guerre en Ukraine dans ce projet.

Le Congrès a répondu à « l’appel de l’histoire »

Sur les réseaux sociaux, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est dit « reconnaissant envers le Sénat des Etats-Unis d’avoir approuvé une aide vitale pour l’Ukraine ». « J’apprécie également le soutien du président Biden et j’espère que le projet de loi sera bientôt signé et que le prochain programme d’aide militaire sera à la hauteur de la détermination que j’ai toujours vue dans nos négociations », a ajouté M. Zelensky.

M. Biden a aussitôt annoncé qu’il allait promulguer le texte. « Je signerai cette proposition de loi et m’adresserai au peuple américain dès qu’elle arrivera sur mon bureau demain [mercredi], afin que nous puissions commencer à envoyer des armes et du matériel à l’Ukraine cette semaine », a déclaré le président américain. Le Congrès a répondu à « l’appel de l’histoire » avec cette loi qui vise à « renforcer [la] sécurité nationale et à envoyer au monde un message sur la puissance du leadership américain », a-t-il ajouté dans un communiqué de la Maison Blanche.

L’adoption de ce plan d’aide est un soulagement pour l’armée ukrainienne, confrontée à une pénurie de recrues et de munitions, face aux pressions constantes des troupes russes à l’Est. Selon M. Zelensky, « les capacités à longue portée, l’artillerie et la défense aérienne de l’Ukraine sont des outils essentiels pour rétablir plus rapidement une paix juste ».

Plutôt envoyer « des munitions » que « nos garçons »

Les Etats-Unis sont le principal soutien militaire de Kiev, mais le Congrès n’avait pas adopté de grande enveloppe pour son allié depuis près d’un an et demi, principalement en raison de querelles partisanes.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Le président américain et le Parti démocrate sont restés favorables à cette aide, présentée comme un investissement dans la sécurité des Etats-Unis face, selon eux, aux visées agressives de la Russie. Les républicains, emmenés par Donald Trump, sont devenus de plus en plus réticents, et le speaker (président) de la Chambre des représentants, le conservateur Mike Johnson, a longtemps bloqué le texte. Mais le chef républicain a fini par soutenir la reprise de l’aide militaire et économique, avec cette justification : « Je préfère envoyer des munitions à l’Ukraine qu’envoyer nos garçons se battre. »

Ce plan d’aide autorise aussi M. Biden à confisquer et à vendre des actifs russes pour qu’ils servent à financer la reconstruction de l’Ukraine. Une idée qui fait son chemin auprès d’autres pays du G7. Une grande partie de l’enveloppe servira par ailleurs à reconstituer les stocks de l’armée américaine et reviendra aux usines d’armement aux Etats-Unis.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu


source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top