Close

Paris 2024 : le ticket de « dépannage » coûtera 5 euros dans le bus à Paris pendant les JO

Le ticket de « dépannage » va coûter 5 euros à bord des autobus parisiens pendant les Jeux olympiques et paralympiques, deux fois le tarif habituel, ont annoncé, jeudi 9 mai, la RATP et Ile-de-France Mobilités (IDFM).

Les usagers qui n’auraient pas acheté leur ticket avant de monter devront ainsi acheter deux tickets à 2,50 euros auprès du conducteur, a confirmé IDFM, après une publication de la fédération d’usagers FNAUT évoquant un tel tarif.

Ce ticket d’appoint ne représente cependant que 2 % des ventes, ont souligné la RATP et l’autorité organisatrice des transports dans la région parisienne. Vendu au guichet ou en ligne, le ticket unitaire coûtera moins cher que dans le bus, mais tout de même 4 euros du 20 juillet au 8 septembre.

« Une hausse temporaire »

Les tarifs de certains titres augmentent en effet « pour financer le renfort de + 15 % de l’offre de transports le temps des JO de Paris 2024, qui représentent un coût supplémentaire de 250 millions d’euros », a précisé la présidente d’IDFM, Valérie Pécresse, dans une déclaration à l’Agence France-Presse. « C’est une hausse temporaire, avec comme seul objectif : ne laisser aucune dette olympique aux Franciliens », a souligné Valérie Pécresse.

Le billet de train ou de RER hors de Paris va lui passer à 6 euros l’unité, tandis que les tickets de bus pour se rendre à Roissy ou à Orly seront majorés à 16 euros. Les forfaits Navigo jour et semaine ne seront pas commercialisés pendant cette période.

Il s’agit d’éviter les queues aux guichets pendant les JO, et de faire payer en partie aux visiteurs l’offre de transports supplémentaire proposée, selon IDFM, qui organise les transports dans la région capitale. Un passe Paris 2024 est par ailleurs déjà en vente, destiné aux visiteurs au tarif de 16 euros par jour pour des trajets illimités.

Les usagers habituels des transports franciliens sont encouragés à charger des tickets au tarif habituel de 2,15 euros – ou 17,35 euros les dix – avant le 20 juillet sur leur passe Navigo Easy ou sur leur smartphone (jusqu’à 30 tickets).

Le prix des forfaits reste inchangé pour les porteurs d’un passe Navigo annuel, mensuel, Imagine R, Améthyste, ainsi que les bénéficiaires des tarifs sociaux, soit 5 millions d’usagers. Les porteurs du passe Liberté + (avec les trajets facturés à la fin du mois) continueront aussi à payer leurs tickets à l’unité 1,73 euro pendant les JO.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

Le déploiement de la lutte antidrone pour les Jeux face aux incertitudes sur l’efficacité du système

Les périmètres de sécurité de la cérémonie d’ouverture à la loupe

La médecine d’urgence aussi se prépare pour les Jeux olympiques

Le risque de cyberattaques durant les Jeux « fait vraiment peur » au système de santé francilien

Cyberattaques, arnaques et désinformation, les menaces en ligne qui pèsent sur les Jeux olympiques de Paris

QR code, périmètre antiterroriste… Gérald Darmanin précise le dispositif de sécurité pour la cérémonie d’ouverture

La région Ile-de-France ne dit « pas non » au financement du transport des accrédités pendant les Jeux

Les aéroports de Roissy et d’Orly face au défi des Jeux olympiques et paralympiques

Faut-il craindre le pire dans les transports en Ile-de-France ?

Les transports pendant les JO 2024 à Paris : de l’euphorie des promesses au choc de la réalité

Paris 2024 : relever le défi des transports, une épreuve avant l’heure

Deux chantiers pour les Jeux olympiques sont encore suivis de « très, très près »

Le village olympique de Paris 2024 prend ses quartiers en Seine-Saint-Denis

Un contre-la-montre logistique au village olympique pour le Comité d’organisation

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés

  • La préparation des athlètes

La volleyeuse Lucille Gicquel révise ses gammes en Turquie avant la grande première olympique de l’équipe de France

Aux Jeux paralympiques de Paris, Cyrille Chahboune et les volleyeurs français seront assis pour la première fois

 Janja Garnbret, « meilleure grimpeuse de tous les temps » et icône en Slovénie

Inauguration et bain de foule pour Clarisse Agbégnénou avant la dernière ligne droite de sa préparation olympique

Le parcours du marathon chamboule les habitudes d’entraînement des athlètes

A quatre mois des JO de Paris 2024, tous les voyants sont au vert pour « le roi de la natation » Léon Marchand

La France a-t-elle vraiment les moyens de briller au classement des médailles ?

Simone Biles en route vers Paris 2024 : « Je me fais vieille et j’ai plus à perdre »

  • La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

En Russie, le mouvement sportif se déchire sur sa participation aux JO

« Tous les ingrédients sont réunis pour rejouer un épisode de la longue histoire des boycotts olympiques »

Thomas Bach, président du CIO : « L’agressivité du gouvernement russe grandit de jour en jour, contre le Comité, contre les Jeux, contre moi »

La billetterie populaire de l’Etat et des collectivités locales au défi de la logistique

Le gouvernement a du mal à distribuer ses billets gratuits auprès des personnes en situation de handicap

Le Comité d’organisation assure avoir bouclé plus de 90 % du budget de ses recettes

Tony Estanguet confirme qu’il y a eu des hausses de rémunérations à la direction du Comité d’organisation des Jeux

En quête d’économies, les organisateurs des Jeux sollicitent l’aide de collectivités partenaires

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Tony Estanguet, le patron des Jeux, à son tour dans le viseur de la justice

Les « quatre mousquetaires » du comité d’organisation ciblés par le PNF

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

Au lycée professionnel Arthur-Rimbaud de La Courneuve, une « option JO » contre le décrochage scolaire

Le centre aquatique olympique, une piscine XXL pour la Seine-Saint-Denis

La Courneuve entre enthousiasme et inquiétude vis-à-vis de la transformation du parc Georges-Valbon

Le Red Star Rugby de Saint-Ouen privé de stade à cause des Jeux

Une île, un maire écolo et « la chance » de bénéficier des Jeux

  • Paris à l’heure des Jeux

Après la réquisition de leurs logements, des étudiants pas encore fixés sur leur sort

A l’approche des Jeux, les associations de lutte contre la pauvreté craignent un « nettoyage social »

Inauguration enthousiaste pour l’Adidas Arena, la nouvelle salle de la porte de la Chapelle

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

L’arrivée de la flamme olympique « ne pouvait pas se passer ailleurs qu’à Marseille »

A J-55, la Meuse essaye de mobiliser ses habitants avant le passage de la flamme olympique

A la Martinique et à la Guadeloupe, la fièvre olympique monte à distance

En Polynésie, Teahupoo se réjouit d’accueillir les Jeux olympiques 2024 mais redoute le surtourisme

  • Les enjeux environnementaux

Le bassin d’Austerlitz, dispositif-clé pour rendre la Seine baignable, inauguré

« L’objectif de baisser de 75 % la pollution bactériologique dans la Seine sera atteint », assure la ministre des sports

Les risques d’un été caniculaire font craindre des Jeux olympiques suffocants

Diviser par deux l’empreinte carbone des repas servis aux Jeux : l’autre défi de Paris 2024

Comment les organisateurs des JO comptent faire face à une canicule cet été

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

Des difficultés de recrutement persistantes à moins de trois mois des Jeux olympiques

L’Etat lance un guide d’accessibilité des Jeux pour les personnes en situation de handicap

Les anti-JO peinent à mobiliser

Loin du faste des JO, la réalité des cours d’EPS dans un collège de Montreuil

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top