Close

Elections européennes : les socialistes saisissent l’Arcom à propos du débat entre Jordan Bardella et Gabriel Attal prévu sur France 2

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), le 13 avril 2024.

Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, s’est insurgé, samedi 18 mai, dans un courrier à l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), de l’organisation le 23 mai d’un débat sur France 2 entre le premier ministre, Gabriel Attal, et la tête de liste du Rassemblement national (RN) aux élections européennes de juin, Jordan Bardella, y voyant un « problème démocratique fondamental » à moins de trois semaines du scrutin – il se tient en France le 9 juin.

« Un débat organisé pour les élections européennes ne peut se résumer dans notre pays à une confrontation entre la droite et l’extrême droite, excluant toute représentation des formations de gauche », a écrit Olivier Faure dans une lettre au président de l’Arcom, Roch-Olivier Maistre, dont l’Agence France-Presse (AFP) a eu copie et qui avait été révélée par Libération.

A l’appui de sa saisine de l’Arcom, Olivier Faure observe que le chef du gouvernement, Gabriel Attal, « n’est pas candidat à l’élection européenne, et qu’il se substitue à la tête de liste de Renaissance », Valérie Hayer, pour affronter le président du RN, très large favori des sondages.

« Méprisant l’égalité de traitement et le respect du pluralisme politique à deux semaines d’un scrutin politique majeur, le débat organisé par France 2 pose un problème démocratique fondamental », estime le patron du PS, dont la liste commune avec Place publique, menée par Raphaël Glucksmann, est troisième dans les sondages.

Olivier Faure évoque un précédent italien

Olivier Faure demande à l’Arcom de mettre en œuvre son « pouvoir de régulation pour assurer le respect de l’expression pluraliste du débat politique, et partant de là, la sincérité du scrutin du 9 juin ». L’autorité régulatrice avait adressé, dès vendredi, un courrier à la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte-Cunci, dans lequel elle estimait que ce débat était « susceptible de compromettre le respect des règles qui s’appliquent au traitement de la campagne en vue des élections européennes ».

Le régulateur y demandait à France Télévisions de l’informer des « dispositions que la chaîne entend mettre en œuvre pour garantir aux autres listes de candidats le plein respect d’une présentation et d’un accès équitables à son antenne », selon le texte de cette lettre que l’AFP s’est procurée.

Olivier Faure appuie également sa saisine sur l’annulation en Italie d’un débat prévu le 23 mai sur la télévision publique RAI entre la présidente du conseil, Giorgia Meloni, et la cheffe de l’opposition, Elly Schlein. Le régulateur italien avait rappelé qu’une égalité de traitement devait être offerte à tous les partis dans la perspective des élections européennes.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top