Close

Audiences TV : comment CNews est parvenue à dépasser BFM-TV

La journaliste Sonia Mabrouk, de la chaîne CNews, avant une audition devant la commission d’enquête sur les procédures d’octroi des autorisations des services de télévisions nationales, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 29 février 2024.

Redouté depuis plusieurs mois au sein de BFM-TV, le couperet a fini par tomber : CNews a pris la tête des chaînes d’info en termes d’audience. En mai, la chaîne ultraconservatrice du groupe Canal+, propriété de Vivendi (dont la famille Bolloré est l’actionnaire majoritaire), a atteint 2,8 % de part d’audience, selon les chiffres de Médiamétrie, annoncés en fin de matinée lundi 3 juin.

C’est la première fois que BFM-TV, créée en 2005 par Alain Weill, largement en tête dans sa catégorie des chaînes d’information depuis 2011, est reléguée à la seconde place, avec 2,7 % des parts, devant LCI (1,7 %) et Franceinfo (0,7 %). Pour autant, ce nouveau podium n’est pas une surprise : à deux reprises jusqu’ici, en décembre 2023 et au mois de mars, CNews – créée sur les cendres d’i-Télé en février 2017, alors comptabilisée à 0,6 % de part d’audience – était venue chatouiller BFM-TV, les deux chaînes terminant ex aequo.

« On est un miroir de la société », estime Gérald-Brice Viret, directeur général de Canal+ France, tout comme Serge Nedjar, le directeur général de la chaîne sur laquelle officient les animateurs droitiers Pascal Praud, Christine Kelly, Sonia Mabrouk et Laurence Ferrari.

La performance de la chaîne se produit alors qu’un processus inédit de sélection pour quinze fréquences en 2025 par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) est en cours. Et que CNews est régulièrement sanctionnée par le régulateur, en raison des propos tenus sur son antenne.

Ecart de téléspectateurs

L’Arcom a encore infligé, le 23 mai, une amende de 50 000 euros pour une séquence diffusée en septembre 2023. Le directeur de la rédaction du Journal du dimanche (JDD), Geoffroy Lejeune, avait affirmé sur le plateau que l’antisémitisme et la surpopulation carcérale étaient des conséquences de « l’immigration arabo-musulmane ».

Pour autant, M. Nedjar a fait savoir à l’Agence France-Presse (il n’a pas souhaité répondre à nos questions), qu’il avait « très peu de doutes » sur le renouvellement de fréquence de CNews – qui nourrit son antenne de débats autour de l’immigration, de l’islam, ou encore d’insécurité – jugeant qu’il répondait « à tous les critères ». « L’intérêt manifeste du public est un atout pour notre candidature », confirme M. Viret, revendiquant par ailleurs l’équilibre financier de CNews depuis le mois de février.

Écouter aussi CNews : le casse-tête de l’Arcom pour mieux faire respecter le pluralisme politique dans les médias

Si BFM-TV conserve un écart important en nombre de téléspectateurs quotidiens avec 12,1 millions de personnes, face à 8,2 millions pour CNews ou 5 millions pour LCI, c’est la baisse de sa durée d’écoute qui a fragilisé en mai la future acquisition du milliardaire franco-libanais Rodolphe Saadé, PDG de CMA CGM, en discussion avec Patrick Drahi pour la revente de la branche médias d’Altice depuis le 15 mars. La chaîne a régressé de vingt-cinq minutes et trente-sept secondes en avril à vingt-quatre minutes et dix-sept secondes en mai, alors que celle de CNews a augmenté, passant de trente-cinq minutes et cinquante-six secondes en avril à trente-six minutes et cinquante-six secondes.

Il vous reste 44.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top